Le Collège Poudlard

Venez parfaire votre éducation magique dans notre illustre collège !


 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexionLondon by Night [Dray] Fb10
Le Deal du moment : -50%
Promo sur la Souris Gaming Razer DeathAdder Elite
Voir le deal
39.99 €

Partagez
 

 London by Night [Dray]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elisabeth Deirdre
Professeur de SCM

Professeur de SCM
Elisabeth Deirdre

Messages : 120

Né(e) le : 15/11/1984
Age : 35

Où à Poudlard ? : mes appartements

Rang & Club : Aucune

Caractéristiques
Compétence: Niveau 8
Particularité: Aucune
Baguette: Bois d'ajonc, érable et coudrier, crin de licorne, 20 cm

London by Night [Dray] Empty
MessageSujet: London by Night [Dray]   London by Night [Dray] Icon_minitimeMar 24 Mar 2020 - 15:18

Il faisait nuit et pour la première fois depuis longtemps Elisabeth était sorti de Poudlard. Il s’était passé plusieurs jours depuis son entrevue avec Valériane et jusque-là, elle avait refusé de sortir de son appartement. Mais cette nuit, elle avait ressentit le besoin pressent de sortir, de prendre l’air. Puis, rapidement, ses autres problèmes s’étaient accumulés dans son esprit, dont celui auquel elle n’avait trouvé aucune solution et qui la forçait à agir ce soir. Avec son travail actuel de Professeur, Elisabeth était sur la sellette et elle ne pouvait absolument pas se permettre d’être fauchée, ce qui était malheureusement bel et bien le cas. Elle n’avait plus le choix. Jetant un regard prudent dans la ruelle, elle attendit sur son perchoir depuis un autre toit que le dernier passant tourne à un coin de rue, pour démonter littéralement le montant d’une verrière de toit. Il fallait dire que compte tenu de sa force nouvelle, ce n’était pas un exercice difficile… Prenant soin de ne pas briser la vitre, elle la déposa délicatement, avant de se laisser tomber du toit, à l’intérieur de la bijouterie.

N’ayant besoin ni d’outil, ni de torche, elle se dirigea vers les endroits les plus intéressants et ouvrit sans aucun problème les vitrines. Les bijoux étaient magnifiques. Mais ce qui l’intéressait, c’était surtout les pierres et elle ne se gêna pas pour les retirer consciencieusement de leur parure, une à une. Elisabeth n’avait pas l’intention de tout prendre, elle ne voulait que se mettre à l’abri, le temps de trouver quelque chose d’acceptable… Car même si Valériane lui avait donné jusqu’au dix-huit août pour leur prouver qu’elle était apte à ré apprivoiser les animaux, leurs réactions de nervosité, alors qu’elle n’avait même pas approché leurs enclos, ne lui laissait que bien peu d’espoir. Or, quelqu’un comptait sur elle pour payer un remède qui la maintenait en vie. Faisant glisser les pierres précieuses dans sa bourse en peau de Moke, son regard fut attiré par un collier particulièrement somptueux. N’y résistant pas, Elisabeth fractura la vitre et…

Une sirène stridente la saisit. Mer ! Relevant soudainement la tête, Elisabeth chercha des yeux le système de sécurité qui venait de la trahir, mais sans le voir. Elle qui fréquentait les cinémas, pensa tout de suite à un système du genre qu’ils appelaient « High teck ». Elle n’avait pas voulu utiliser la magie pour des raisons évidentes, mais sans se priver d’utiliser ses nouveaux pouvoirs. Même si le son aiguë et continue de l’alarme commençait à faire son effet et à la stresser, il n’y avait pas lieu de s‘inquiéter plus que ça : d’un bond, elle savait qu’elle atteindrait le trou dans la verrière de toit et elle n’aurait aucun mal à disparaître ensuite. Elle était une sorcière après tout, il lui suffirait de quitter les lieux rapidement et de transplaner un peu plus loin de cette rue... Seulement, aller au cinéma ne faisait pas d’elle une super-voleuse et cela Elisabeth le comprit vite lorsque les lumières des voitures de la brigade moldue éclairèrent le magasin.

Prise de court en ayant sous-estimé la rapidité des moldus, Elisabeth lâcha la bague qu’elle dépouillait de son diamant, pour faire un bond prodigieux jusqu’au toit, comme avalée par les ombres. Au même moment, les moldus entraient dans le magasin en la mettant en garde, mais déjà, Elisabeth s’enfuyait sur les toits. Un bâtiment et demi plus tard, Elisabeth retombait sur sa Yamaha rouge vif et enfilait son casque. Elle la démarra en trombe, pour se retrouver nez-à-nez avec un moldu de la brigade, qui braquait son arme sur elle, en lui intimant de stopper. Elisabeth n’en fit évidement rien, accéléra et fit un crochet pour éviter le moldu qui se jetait à terre pour faire de même. Loin d’être discrète avec sa moto et sa combinaison rouge, parcourut d’une large ligne jaune et de son casque du même genre, Elisabeth fit rugir son moteur un peu vite, tourna dans une rue pour se diriger ensuite vers Tooley Street, une longue voie qui rejoignait la A3 et lui ferait passer le Waterloo Bridge. Entre temps, tourner dans les bons embranchements lui permettrait de le semer et de continuer tranquillement sa petite virée nocturne.

Elle atteignit un feu et s’arrêta devant. Si elle voulait être discrète, elle avait tout intérêt à respecter le code moldu de la route, qui ne lui était pas inconnu. Fière propriétaire de la Yamaha qui avait servit au tournage de l’un de ses films préférés, elle l’avait remise en état, bichonnée jusqu’à la rendre flambant neuve et ne s’était pas privée de la chevaucher, pour son plus grand bonheur, les cheveux au vent ; même si son visage était dissimulé par son casque. Faire de la moto était une activité qui lui plaisait, mais ces derniers temps, elle n’y avait guère repensé. Enfin, jusqu’à ce soir. N’étant visiblement pas la seule ce soir à se balader, une voiture s’intercala entre elle et un autre motard. Même de très loin, elle entendait les sirènes et commença à faire rugir le moteur, attendant impatiemment que cette saleté de feu rouge daigne passer au vert. Elisabeth pencha la tête sur le côté, observant l’autre moto à travers la vitre de la voiture. Elle faisait trop rarement de la moto pour croiser d’autres motards et surtout, la nuit, elle dormait généralement.

Dès que le feu repassa –enfin- au vert, Elisabeth accéléra, tout en ayant la main un peu lourde. La Yamaha se souleva, se cabrant comme un cheval, pour retomber sur ses roues, démarrant au quart de tour. Il n’y avait personne ce soir, en dehors de la voiture et de la moto qu’elle laissait en plan et la voie était donc parfaitement dégagée… Une fois que les flics ne sauraient plus où la chercher, elle savait où aller pour revendre vite fait son butin. Ayant parfaitement conscience de ses actes, ce n’était pas quelque chose qu’elle faisait sur un coup de tête. Elle avait pris le temps de prendre les bons renseignements et pris quelques précautions, comme par exemple, faire en sorte de cacher sa longue chevelure blanche, dans son casque, en les attachant.

Elisabeth accéléra l’allure, sentant la vitesse plaquer contre elle sa combinaison, alors qu’elle se penchait un peu plus sur sa monture de métal. Curieusement, elle commença à ressentir de l’adrénaline. La vitesse, la poursuite, peut-être, le bonheur de retrouver cette sensation de liberté, certainement… Qui pourrait bien l’arrêter ? Un tonnerre mécanique éclata, alors qu’Elisabeth ne cessait d’accélérer.




[Je commence gentil cylXD ]


Nul ne peut atteindre l'aube sans passer par le chemin de la nuit.

[Khalil Gibran]
Revenir en haut Aller en bas
 
London by Night [Dray]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RS] Fright Night [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Retreat [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Collège Poudlard :: Le Reste du Monde :: Londres-
Sauter vers: