Le Collège Poudlard

Venez parfaire votre éducation magique dans notre illustre collège !


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un petit appartement dans le Londres Sorcier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaïn Darknight
Auror [Pôle Protection] &
Président du Club de Journalisme
Auror [Pôle Protection] &Président du Club de Journalisme
avatar

Messages : 487

Né(e) le : 31/08/1988
Age : 29

Où à Poudlard ? : Tourne la tête ma belle, je suis là...

Rang & Club : Auror Pôle Protection, Super Blaireau en titre, Président du FLPM, du club de Journalisme & Baka Ranger Jaune !

Caractéristiques
Compétence: Niveau 8
Particularité: Drageur Fou
Baguette: 31 cm, bois de Houx et crin de Licorne

MessageSujet: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Lun 27 Fév 2012 - 16:36

[Suite de ]

Ce qu'il se passa à St Mungo, alors qu'il s'y faisait soigné, il n'y a pas grand chose à en dire si ce n'est que pour une fois, il n'avait ni complimenté les jolies infirmières, ni même fait l'imbécile pour détourner l'attention de la possible importance de sa blessure. Il était étrangement resté stoïque sous les soins des Médicomages et n'avait, pas une fois, ouvert la bouche même pour répondre aux questions légitimes des soignants.

Et finalement on l'avais laisser sortir. Dans la salle d'attente, Sanderson avait rejoint les deux Aurors et après un vague échange entre le chef de service et les médecins, ce dernier avait renvoyé Kaïn chez lui pour les quinze prochain jours comme il était d'usage de le faire quand un Protecteur perdait une de ses 'missions'. Le débriefing aurait lieu à son retour point. Josh avait alors voulu raccompagner Kaïn chez lui mais pour la première fois, il avait prit la parole pour refuser catégoriquement se 'traitement de faveur'. Une attaque de Mangemort, ça voulait dire une tonne de paperasse et puisqu'il n'était pas là pour faire la sienne...

De toute façon il n'aurait pas supporter la présence de son collègue. Kaïn l'aimait bien, là n'était pas le problème, mais il avait besoin d'être seul. Marcher un peu, prendre l'air et surtout ne plus voir personne, il n'aspirait à présent qu'à rentrer chez lui et à s'enfermer un moment. Il lui fallait au moins ça pour arriver à passer à autre chose... s'il le pouvait. L'Auror avait donc quitté l’hôpital, le bras en écharpe pour le maintient même s'il n'y avait presque plus trace de blessure et avec quelques recommandation. Il avait ainsi marché à travers les quartiers sorciers jusqu'à son appartement.

Il ne lui avait pas fallut bien longtemps, pas plus d'une heure à vrai dire alors qu'il marchait doucement pour ne pas raviver la douleur et avait, comme toujours croiser la vieille sorcière qui habitait au rez-de-chaussé. Pour une fois, il ne lui avait qu'à peine accordé un regard et n'avait même pas prit la peine de répondre à ses salutation, lui qui était toujours si poli, comme s'il ne les avait même pas entendu. Kaïn avait simplement disparu dans les escaliers et c'était enfermé dans son appartement, ne prenant pas même la peine d'ouvrir les volets comme il l'aurait fait habituellement et c'était simplement glisser sous les draps dans sa chambre.

La, bien caché au fond de ses couvertures, il c'était une fois de plus laissé aller à la déprime. Même si on lui avait laisser entendre qu'il n'y était pour rien, il n'avait pas réussit à protéger la jeune femme alors qu'elle avait remit sa vie entre ses mains. Elle était morte uniquement parce qu'il n'avait pas réussit à l’empêcher et ça, même si tout le monde lui disait que ce n'était pas de sa faute, il ne pouvait que l'avoir sur la conscience malgré tout. On lui avait apprit que les protégés n'était que des missions, qu'il ne fallait pas s'y attacher et que les perdre faisait partit des risque qu'il fallait accepté et assumer pleinement mais comment faisait-on pour ne pas s'attacher à quelqu'un qu'on suivait comme son ombre, heure après heure un mois durant ? Comment pouvait-on accepter qu'ils meurent de la sorte sans que ça nous touche ?

Le jeune Auror n'avait pas la réponse et c'est en se triturant l'esprit que finalement il avait finit par glisser dans un sommeil agité dont il espérait pourtant ne pas émerger de si tôt. Car, il le savait, bientôt la gazette parlerait de l'incident... Et même s'il n'aspirait qu'à un peu de solitude, cela finirait par se savoir dans son entourage et alors on ne le laisserait plus tranquille... Alors s'il pouvait juste en profiter, le plus longtemps possible...

[Reserved, évidemment ^^ ]


Je suis d'ici et d'ailleurs. C'est confus ? Si tu es charmante je pourrais te l'expliquer en tête à tête
~
Membre Soporifique du
Revenir en haut Aller en bas
Matt Anderson
Stagiaire de Direction

Stagiaire de Direction
avatar

Messages : 37

Né(e) le : 11/11/1988
Age : 29

Où à Poudlard ? : Dans la salle de musique ou chez les blaireaux !

Rang & Club : Meilleur pote du Dragueur Fou, ex célibataire, et Baka Ranger rouge.

Caractéristiques
Compétence: Niveau 7
Particularité: Ami du virus
Baguette: 31,1 cm,bois de houx, aile de lutin de cornouaille

MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Mer 29 Fév 2012 - 18:09

[Me vlà ! Merci à Valou.]


S'il y en avait un qui était pour le moment à des kilomètres de se douter de ce que traversait son meilleur ami, c'était bien Matt. En effet, en cette période estivale, notre assistant de direction était un peu occupé. En trois choses essentielles. La première était qu'il fallait archiver toute l'administration de l'année scolaire achevée et aider ses supérieurs, Valériane et Umi, à préparer celle à venir. La deuxième était qu'il avait décroché un contrat en or. En accompagnant Tetsuya au studio d'enregistrements, ses amis l'avaient encouragé à montrer son travail de composition. Et il sembla que cela intéressa un autre artiste puisqu'on lui demanda trois partitions avant la fin du mois d'août pour accompagner des textes de dernière minute. La troisième était qu'en tant qu'étudiant de première année de master en musicologie magique, il avait son premier mémoire à rendre et présenter en septembre avec une poignée d'autres examens. Donc entre la paperasserie, les cours et les portées, l'ancien Poufsouffle n'avait pas franchement le temps de voir ses potes et lire les journaux.

Il fallait dire aussi que franchement, cet été était pourri de son point de vue si on exceptait cette chance de faire connaître un peu plus son travail aux pros. Thalie perdue sur un chantier pour un mois complet et donc là qu'en coup de vent et généralement pour passer à Saint Mungo avec lui, Kaïn avec une nouvelle mission, Dray à l'hosto et donc Mokuren, Tetsuya et Sei aussi, la plupart du temps... Le château était d'un ennui mortel, cette année.

Enfin donc, quand il se leva ce matin-là, il n'eut pas encore idée de ce qui s'était passé deux jours avant pour l'Auror. Tout ce que notre marmotte se dit d'abord en se réveillant au milieu de ses parchemins éparpillés sur son lit, c'était qu'il aurait bien dormi une ou deux heures de plus. Mais nécessité faisant loi, le gargouillis significatif de son estomac l'obligea à se lever, passer par la salle de bain et descendre prendre son petit déjeuner avant d'aller s'enterrer pour la matinée dans la salle des archives et s'occuper des dossiers des reçus aux Aspics, la liste étant tombée une semaine avant. On était dimanche ? Vous croyez vraiment qu'il s'arrêtait à ce genre de détails ? Au moins il pourrait passer à autre chose plus rapidement.

C'est en buvant son café au lait qu'il s'intéressa à la gazette qu'un prof avait du laisser traîner sur la table un peu plus tôt. Et à un encadré en bas de page qui titrait un très voyant : "L'enquête décharge de toute responsabilité l'auror affecté à la protection de Lydia Rosebury, assassinée vendredi en plein centre-ville."

Ce fut brutalement que le bol fut reposé sur la table et le journal ouvert. Et moins de cinq minutes après, on put voir Matt sortir précipitamment de la Grande Salle pour monter quatre à quatre vers le bureau de Baker.

La protégée de Kaïn assassinée sous ses yeux, pas de nouvelles depuis, et lui qui baillait aux corneilles depuis deux jours ? Il se serait bien foutu des baffes tiens ! La première chose qu'il prononça donc en entrant sans même frapper dans le bureau de sa volcanique supérieur fut un "J'ai besoin de prendre quelques jours !" d'un ton sans répliques.

Valériane, le nez dans la comptabilité, leva la tête, particulièrement surprise d'un tel comportement chez son second. C'était relativement insolite de la part de ce garçon réputé à juste titre d'être du genre relax. Et demander comme ça un congé n'était pas dans ses habitudes non plus. C'était plutôt elle qui devait l'obliger à en prendre à vrai dire.

Ce faisceau d'éléments expliqua donc pourquoi la sous-directrice passa sur son entrée cavalière qui aurait pourtant mérité qu'elle le refoute dehors illico. Elle s'apprêta à lui demander tout de même les raisons d'une telle précipitation quand elle remarqua le journal que le jeune homme tenait toujours. Ah... Il se décidait enfin.

"La semaine, ça te va ?"

Ou comment régler promptement un problème. Un hochement de tête en guise d'accord et Valériane replongea dans ses papiers alors que Matt ressortait pour se diriger vers son studio et enfiler sac et manteau de cuir et transplaner vers le ministère, une fois les limites du domaine passées.

Le plus simple pour savoir de quoi il en retournait c'était de demander aux premiers concernés ce qui s'était réellement passé et où était Kaïn. Parce que ça l'article ne précisait pas quelles mesures avaient été prises ni même si son ami allait bien. Et le fait que ce dernier refuse de répondre à ses tentatives d'appel sur leurs miroirs ne rassurait pas franchement Anderson.

Ce fut Sanderson lui-même, le chef de service de Kaïn, qui répondit à ses questions. En même temps, il n'avait pas eu vraiment le choix s'il espérait voir rapidement dégager de son décor le compositeur inquiet.

Blessé relativement sérieusement à l'épaule, quinze jours de repos. Voilà tout ce dont Matt dut se contenter. C'était bien suffisant pourtant. Un nouveau transplanage et le jeune homme se retrouva à quelques pas du studio de l'Auror et utilisant le double des clés qu'il possédait, ignorant superbement la vieille voisine, il entra chez son ami pour trouver les lieux dans l'obscurité. Instinctivement, ses pas le conduisirent vers la chambre et l'ombre d'un corps emmitouflé sous une couette le renseigna sur la position de son cadet.

Avec douceur, Matt s'assit au bord du lit et posa une main tendre sur son ami, pour s'assurer s'il dormait ou non.

"Kaïn ? C'est moi, Matt. Je suis désolé, j'arrive un peu tard, pardon..."

Il ignorait si le jeune garde du corps l'avait entendu mais en tout cas, lui avait eu besoin de les dire ces mots-là. Son meilleur ami avait plus que jamais besoin de soutien et lui se bougeait que deux jours après... Enfin que Kaïn se rassure, il n'avait pas l'intention de rameuter la cavalerie. Mais même s'il voulait rester seul, ce que le batteur comprenait sans mal, lui n'allait pas l'abandonner comme ça. Pas au moins avant de s'être assuré que ça allait. Et pour l'instant, à vrai dire, dans le noir de cette chambre, il fallait être aveugle pour ne pas voir que ça n'allait en fait pas du tout.


Tu entends ce rythme endiablé là ? Ça, ça fait danser les Ratz ! ^____^'

Membre forcé par M. Smith (mais pas trop quand même ! :p) du
Revenir en haut Aller en bas
Kaïn Darknight
Auror [Pôle Protection] &
Président du Club de Journalisme
Auror [Pôle Protection] &Président du Club de Journalisme
avatar

Messages : 487

Né(e) le : 31/08/1988
Age : 29

Où à Poudlard ? : Tourne la tête ma belle, je suis là...

Rang & Club : Auror Pôle Protection, Super Blaireau en titre, Président du FLPM, du club de Journalisme & Baka Ranger Jaune !

Caractéristiques
Compétence: Niveau 8
Particularité: Drageur Fou
Baguette: 31 cm, bois de Houx et crin de Licorne

MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Mer 14 Mar 2012 - 18:53

[ ^__^ ]


Depuis que Kaïn c'était enfermé dans son appartement, Vendredi en début de soirée, Kaïn n'avait bouger de sous sa couette que dans le but humain de se rendre dans la salle de bain. Il n'avait fait aucun autre effort, pas même celui de s’alimenter correctement comme le lui avait demandé les Médicomages de St Mungo. En fait, la seule fois qu'il c'était rendu dans la cuisine de son petit chez-lui avait été pour récupérer une bouteille d'eau, dans la nuit de vendredi, histoire de se lever encore moins que ne l'aurait voulu son corps en temps normal.

Et il avait dormis, par épisode plus ou moins agité -souvent plus d'ailleurs-, attendu aussi, beaucoup, qu'on vienne le surprendre dans ce qu'il voulait être sa tour de solitude. Mais personne n'était venu dans les premier temps. Et Kaïn avait pu entièrement se consacrer à sa déprime. Il n'avait pas envie de les voir, il n'avait réellement pas envie de leur aide ou il ne savait pas quoi d'ailleurs. La dernière fois, il avait prit sur lui, parce qu'il le fallait pour sa mission, parce qu'il n'avait envie d'inquiéter personne et parce qu'il ne s'était pas sentit le courage de partager quoi que se soit avec eux, excepté avec Sei qui avait vécu la même chose que lui. Mais cette fois, il n'avait pas envie de faire cet effort. Il n'avait pas envie de parler, il n'avait pas envie de s'amuser ou de voir les autres vivre leur vie... c'était au dessus de ses forces...

Mais on ne pouvait pas le laisser indéfiniment tranquille n'est-ce pas ? Même s'il n'avait pas trop la notion du temps, dans le noir, c'était son horloge qui l'avait renseigner... à peine plus de 24h et déjà on tentait une intrusion dans son périmètre. Il avait bien entendu le miroir à double sens se mettre en route, ce dernier était posé sur sa table de nuit près de son traitement contre la douleur -vieux réflexe- mais l'Auror n'avait fait que se terrer un peu plus entre les couvertures. Fermant les yeux à s'en faire mal, recroquevillé, il avait littéralement fait le mort. Ça ne déjouerait pas les tentatives longtemps, il en avait conscience, mais même s'il ne gagnait qu'une poignée de minutes ça valait le coup.

Il avait gagné un peu plus que ça, mais pas encore assez longtemps à son goût. Un bruit caractéristique de clé c'était fait entendre et vu qu'il n'y avait qu'une seule personne qui les possédaient, Kaïn sut immédiatement que c'était son meilleur ami qui était entré. Il n'avait pas bouger d'un iota pour autant... peut-être qu'il croirait qu'il dormait et lui foutrait la paix. Ok il rêvait éveillé mais bon, qui ne tente rien comme on dit. L'ex-Poufsouffle sentit alors le poids d'un corps sur son matelas suivit de près par la main de son pote qu'il posa directement sur lui par dessus les couvertures.

Au début, il n'avait pas bouger, il était resté à attendre la réaction de son meilleurs ami face à son indifférence, mais il semblait que se dernier avait anticipé sa réaction puisque sa voix, douce et apaisante avait rapidement suivit cette première approche. Sur le coup, Kaïn avait un peu plus fermer les yeux mais la façon dont il c'était légèrement tendu ne pouvait que trahir qu'il était parfaitement réveiller alors, autant en finir une bonne fois pour toute non ?

"Laisse-moi..."

La voix avait été à peine plus haute qu'un murmure et un peu enroué, preuve de son malaise et des larmes qui avaient coulés, laissait définitivement entendre à Matt que non ça n'allait pas du tout. Mais comment pouvait-il en être autrement alors qu'elle était morte ?

Et comme pour mettre un peu de distance entre le batteur et lui, le garde du corps avait légèrement bougé sous les couvertures pour se recroqueviller un peu plus. Malheureusement se nouveau changement de position lui fit serrer les dent et lui tira un léger soupir, son épaules n'étant toujours pas complètement remise et le fait qu'il se laisse aller de la sorte n'y étant probablement pas étranger.

"Va-t-en... s'il te plaît..."avait-il ajouté finalement, dans un murmure voilé, pour incité son ami rentrer à Poudlard.

Il était peut probablement que Matt l'écoute, il ne l'aurait probablement pas fait lui dans le cas contraire, mais il n'avait vraiment pas envie de prendre sur lui... Il n'avait pas envie non plus qu'on le prenne en pitié ou qu'on tente de le raisonner pour qu'il se bouge. Il voulait encore rester là et déprimer simplement, même si ça ne servait à rien et ne le soulagerait pas... Il ne voulait pas qu'on l'aide...


Je suis d'ici et d'ailleurs. C'est confus ? Si tu es charmante je pourrais te l'expliquer en tête à tête
~
Membre Soporifique du
Revenir en haut Aller en bas
Matt Anderson
Stagiaire de Direction

Stagiaire de Direction
avatar

Messages : 37

Né(e) le : 11/11/1988
Age : 29

Où à Poudlard ? : Dans la salle de musique ou chez les blaireaux !

Rang & Club : Meilleur pote du Dragueur Fou, ex célibataire, et Baka Ranger rouge.

Caractéristiques
Compétence: Niveau 7
Particularité: Ami du virus
Baguette: 31,1 cm,bois de houx, aile de lutin de cornouaille

MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Lun 2 Avr 2012 - 13:26

Matt n’était pas surpris des réactions de Kaïn. En chemin, il avait imaginé tous les scénarii possibles sur ce qu’il allait trouver. Que son ami refuse sa présence en faisait partie. Et ce n’était pas le pire schéma qu’il avait imaginé. Sur le coup, oui, il avait cru que le jeune auror dormait mais la tension soudaine de son corps avait mis très vite fin à ses doutes. Kaïn était parfaitement réveillé mais faisait le mort. Soit. Si c’était ce qu’il voulait, Matt respecterait son choix, au moins pour le moment. Rien ne pressait. Mais il ne quitterait pas cette chambre pour autant, ça, le brun devait se faire une raison tout de suite.

Quand la voix fragile de son ami avait fini par se faire entendre, Matt frémit désagréablement en percevant le désespoir qui y transpirait. Kaïn avait pleuré, ça ne faisait aucun doute et cette idée déchirait Anderson, vraiment. C’était injuste. La mort de cette fille n’avait aucun sens et la douleur de celui qui était son meilleur ami, intolérable. Qu’il eut été blessé, insupportable. Un sentiment de pure colère contre les responsables de ce désastre pointa en Matt, sourdement, mais il eut tôt fait de le ravaler. Ça ne servait à rien et n’aidait personne. Ce n’était pas ce qu’il fallait.

Mais le batteur fut interrompu dans sa réflexion par un nouveau murmure de Kaïn qui réitérait sa demande de le le laisser, lui demandant cette fois carrément de partir en se repliant un peu plus sur lui-même.

« Tu sais bien que je ne peux pas… » chuchota à son tour Matt d’une voix la plus douce possible et désolée, navré quelque part de devoir refuser cette faveur à son ami. Il laissa quelques instants sa main aller et venir tendrement sur le corps tendu de l’Auror torturé, pour accompagner ses mots et tenter de l’apaiser un peu dans une caresse fraternelle.

Ce n’était en effet même pas une question de volonté. Il était réellement incapable de quitter son aîné en le sachant aussi mal. C’était tout bonnement impossible qu’il lui tourne le dos. Ils étaient donc face à un désaccord. Kaïn ne voulait pas de Matt dans son décor et Matt refusait de laisser Kaïn. Au compositeur de trouver un terrain d’entente. Un compromis acceptable. Il comprenait bien évidemment le désir de son ami de rester seul. Si la situation avait été inversée, lui aussi, certainement, qu’il ne voudrait voir personne. Et tout ceci sous-entendait le silence. Et puis, il ne voulait pas prendre le risque de blesser son camarade d’une quelconque façon, de le brusquer ou le braquer. Il voulait juste être là pour lui, lui, point.

Aussi, le jeune homme prit rapidement une décision. Il retira donc son manteau et s’allongea en partie sur le lit pour passer doucement un bras autour du corps emmitouflé de son aîné, faisant bien attention de ne pas lui faire mal et lui laisser la possibilité de se dégager, si vraiment il ne voulait pas de son étreinte.

« On fera comme tu voudras, mais je t’aime trop pour t’abandonner. Alors laisse-moi juste être là, s’il te plaît. C’est tout ce que je souhaite. »

Ce fut tout ce que le musicien murmura avant de laisser le silence les envelopper. Il n’y avait rien d’autre à faire pour le moment de toute façon. Oh l’inquiétude de Matt était à son paroxysme, que l’on ne s’y trompe pas. Il aurait aimé pouvoir pousser son examen plus loin, voir comment allait l’épaule de Kaïn, avoir ne serait-ce qu’un contact visuel avec lui. Mais Matt avait vite compris l’ampleur et la gravité de la situation et de la peine de son ami. Pour faire tout cela, il fallait que l’Auror veuille bien le laisser l’approcher et surtout, qu’il accepte de se reposer sur lui, ce qui était certainement le mur le plus dur à abattre. Après tout, l’un connaissait l’autre mieux que personne. Mais il ne serait jamais question de pitié entre eux, pourtant, Kaïn devait le savoir depuis le temps, non ? Par contre, son soutien envers et contre tout, même lui-même, ça c’était une certitude. Il n’avait jamais hésité à lui botter les fesses quand il le fallait et avait toujours essayé d’être là, en cas de besoin, et la réciprocité était tout aussi exacte. Cette fois-ci ne serait pas différente. Même s’il se faisait rembarré au passage. Et son unique objectif pour le moment c’était de réussir à soulager la douleur palpable et écrasante de son meilleur ami.

Il fallait juste aller au rythme de son frangin. Il reviendrait vers lui quand il serait prêt. Matt resterait comme ça autant de temps qu’il le faudrait. Des minutes, des heures, aucune importance. On savait bien que l’une des plus grandes qualités de l’assistant de direction était sa patience.



Tu entends ce rythme endiablé là ? Ça, ça fait danser les Ratz ! ^____^'

Membre forcé par M. Smith (mais pas trop quand même ! :p) du
Revenir en haut Aller en bas
Kaïn Darknight
Auror [Pôle Protection] &
Président du Club de Journalisme
Auror [Pôle Protection] &Président du Club de Journalisme
avatar

Messages : 487

Né(e) le : 31/08/1988
Age : 29

Où à Poudlard ? : Tourne la tête ma belle, je suis là...

Rang & Club : Auror Pôle Protection, Super Blaireau en titre, Président du FLPM, du club de Journalisme & Baka Ranger Jaune !

Caractéristiques
Compétence: Niveau 8
Particularité: Drageur Fou
Baguette: 31 cm, bois de Houx et crin de Licorne

MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Mar 1 Mai 2012 - 2:30

Ce que Matt avait dans la tête, les scénarii qu'il avaient pu imaginé sur cette confrontation, Kaïn n'en avait aucune idée et, avouons-le, n'en avait pas grand chose à faire à vrai dire. La, maintenant, il n'avait pas la capacité de se concentrer sur autre chose que ce qu'il venait de vivre, à penser à autre chose qu'à lui-même. Il pensait généralement aux autres, c'est vrai, mais il y avait des moments ou vous ne pouviez plus et aujourd'hui, c'était un de ses moments que vivait notre Auror. Pour une fois, juste une, il voulait seulement se retrouver tout seul sans penser à rien d'autre, sans se faire du soucis sur ce que les autres pourrait ressentir, sans devoir prendre sur lui pour ne pas les inquiéter. Il était fatigué de tout ça... Pas cette fois...

Alors il avait réclamé. Il savait bien pourtant que c'était inutile mais il n'avait pas pu s'en empêcher. Matt était têtu, presque aussi têtu que lui et de se fait il n'allait pas lâcher l'affaire pour si peu c'était un fait. Il devait comprendre pourtant qu'il ne pouvait pas le laisser rester au près de lui. C'était pour ça qu'il avait voulu s'éloigner un peu dans ce mouvement de replis très net, ravalant la douleur que cela provoqua. Mais il savait aussi que deux mots seraient loin d'être suffisant.

L'éphèbe avait donc réitérer sa demande, un peu plus pressente cette fois. Et bien sur, la réponse que son meilleur ami ne se fit pas attendre longtemps... un refus... un murmure doux et désolé, peut-être, mais un refus tout de même. Un soupir passa ses lèvres en l'entendant, un mélange de chagrin, de déception et de lassitude. Pourquoi il ne pouvait pas respecter sa demande, pour une fois ? Et la caresse qu'il sentit par dessus les couvertures, même si elle était apaisante, tendit un peu plus l'Auror qui fit un nouveau mouvement de recul pour s'en défaire.

"Pourquoi ? … s'il te plait..."reprit-il alors, réitérant une dernière fois sa demande.

Il était mal oui mais la présence de Matt à ses cotés ne le soulageait pas. C'était probablement trop tôt pour cela. Il avait encore besoin d'y réfléchir parce que pour le moment, il n'y comprenait vraiment rien... Pourquoi il s'en était prit à Lydia ? Elle menait une petite vie sans histoire, elle était seule et même si elle était une née-moldue, comme lui, elle n'avait pas de participation particulière dans le rapprochement de leurs deux mondes... elle ne portait préjudice à personne... Elle n'avait pas un emploi ni dans le journalisme, ni au ministère... Pourquoi les Mangemorts avaient menacés anonymement puis avait finit par assassiné cette pauvre fille ? Ça n'avait vraiment aucun sens et ça lui était d'autant plus intolérable... tout comme ça lui brisait le cœur de n'avoir rien pu faire pour elle, pour la protéger, alors que c'était son travail... Et plus qu'un travail, il c'était attaché à cette jeune femme adorable... C'était injuste...

Finalement, c'était Matt qui avait finit par le couper dans ses pensées sombres. Il avait entendu le bruit de frottement d'un vêtement qu'on enlève et finalement, le poids sur son lit c'était fait un peu plus présent. Et quand, finalement, l'ex-blaireau avait passer son bras autour de lui par dessus sa couverture, Kaïn une fois de plus avait fermer les yeux en se crispant, ne faisant cette fois pas le moindre mouvement, tel une souris coincé contre un mur et qui prend quelques minutes, immobile, pour trouver la meilleure façon de s'en sortir.

Et la voix de se dernier avait mis un point final à ses attentes. Il ne le laisserait pas c'était un fait à présent -même s'il s'en était toujours douté- et même si c'est mots prouvait le soutient indéfectible qu'il lui offrait, on s'en doutait à présent ce n'était pas vraiment ce que Kaïn recherchait pour le moment. Mais s'il souhaitait juste être là, sans avoir besoin de parler... peut-être qu'il pourrait en faire abstraction. Il n'y croyait pas trop, soit, mais au moins pour un temps il ferait semblant.

Il n'avait donc pas bouger, comme pétrifier sous sa couverture et seul le mouvement doux mais clairement calculé de sa respiration indiquait qu'il ne se contrôlait plus qu'autre chose et faisait clairement le mort. Combien de temps restèrent-ils ainsi, sans bouger, il ne le savait pas et à vrai dire, ça lui avait paru une éternité... pourtant, petit à petit et sans même s'en rendre compte à vrai dire, le silence aidant probablement, sa respiration c'était faite moins contrôlé, plus normale et à vrai dire plus irrégulière. Même si Kaïn savait qu'il n'était pas seul, le temps passant, il avait finit par quelques peu occulté la présence de Matt et alors, seul la peine qu'il ressentait c'était imposé à son esprit. Et finalement, les légers tremblement que ressentit le stagiaire de direction qui avait toujours un bras autour de lui et surtout cette façon de retenir ça respiration à intervalle régulier en faisant le moins de bruit possible ne pouvait tromper : l'Auror c'était remis à pleurer en silence...


Je suis d'ici et d'ailleurs. C'est confus ? Si tu es charmante je pourrais te l'expliquer en tête à tête
~
Membre Soporifique du
Revenir en haut Aller en bas
Matt Anderson
Stagiaire de Direction

Stagiaire de Direction
avatar

Messages : 37

Né(e) le : 11/11/1988
Age : 29

Où à Poudlard ? : Dans la salle de musique ou chez les blaireaux !

Rang & Club : Meilleur pote du Dragueur Fou, ex célibataire, et Baka Ranger rouge.

Caractéristiques
Compétence: Niveau 7
Particularité: Ami du virus
Baguette: 31,1 cm,bois de houx, aile de lutin de cornouaille

MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Mar 8 Mai 2012 - 19:22

En même temps, que Kaïn se fiche bien de savoir ce à quoi avait pensé Matt, c'était on ne peut plus normal. Et qu'il pense à lui-même, c'était là aussi une évidence et personne ne lui en ferait le reproche. En tout cas, certainement pas Anderson et le premier qui se le permettrait serait le dernier des abrutis et recevrait prestement un pied du batteur au cul, qu'on se le dise. Il reprochait suffisamment à l'Auror en temps de paix de ne justement pas penser suffisamment à lui, pour autoriser quiconque à faire la moindre remarque. Donc, que Kaïn se rassure sur ce point, il pouvait complètement lâcher prise avec son ami et ça, il devait bien le savoir. Même s'il ne prenait que très rarement ce point en considération, au grand dam du dit ami. Mais là, il était dit de toute façon qu'il ne laisserait pas son aîné faire comme d'habitude, s'il avait essayé. Ce qui était arrivait était trop grave.

Sauf que tout ça c'était bien joli en théorie, mais en pratique ils butèrent sur un tout petit détail. La présence même de Matt dans l'appartement de Kaïn. Le compositeur n'avait pas pu se résoudre à faire demi-tour. Son meilleur ami était désespéré. C'était d'une cruelle évidence. Alors comment aurait-il pu ? Et oui, il était têtu. Pas un Baka Ranger pour rien non plus, celui-là. Et il revendiquait sa place haut et fort, même s'il était à n'en pas douter la personnalité la moins forte de leur drôle de bande. Alors non, il ne pouvait pas sortir et laisser Kaïn derrière lui.

Refuser la requête de l'Auror fut un crève-cœur pour Matt mais on ne reviendrait pas sur ses motivations. Et pour être honnête, le soupir de son ami qu'il perçut n'arrangea en rien son ressenti, bien au contraire. Il se sentait coupable. Oui, Kaïn ne demandait que rarement. Très rarement. Et pour une fois qu'il le faisait, lui ne pouvait pas le lui accorder. Peut-être était-il égoïste ? Peut-être. Certainement. Mais de toute façon, même s'il avait accepté, il n'aurait pas pu alors inutile de tergiverser sur ce point. Il y était, il restait.

Mais alors qu'il sentit Kaïn se tendre sous le tissu, et chercher à se dégager de sa caresse, lui ôta alors sa main, soupirant tristement en entendant le brun redemander et lui demander à juste titre de justifier son refus. Et Matt murmura avec toute l'affection qu'il pouvait faire passer la première réponse qui lui vint, spontanément, répondant par une autre question.

"Toi à ma place, moi à la tienne, tu le ferais, toi ?"

Non. Du moins le croyait-il sincèrement. Leurs positions inversées, Anderson était persuadé que Kaïn ferait ce qu'il était en train de faire. Mais il avait finit par expliciter un peu plus son point de vue, en s'installant à ses cotés, le suppliant de l'autoriser à rester près de lui. Son aîné traversait une épreuve aussi douloureuse qu'incompréhensible dans le fond. Y avait-il ne serait-ce qu'une réponse à ses questions, aussi insensée fut-elle ? Matt n'avait pas la prétention de ne serait-ce penser pouvoir affirmer quoi que ce soit. Mais ce qu'il savait avec une certitude absolue, c'était que Kaïn ne devait pas affronter ce drame seul.

Quand il passa son bras autour du corps de son ami, il avait senti ce dernier se figer. Il faillit le retirer mais après un seconde de réflexion, se contenta de le faire encore moins appuyé et formula sa propre demande.

Combien de temps ils restèrent ainsi. Aucun semblant d'idée et Matt s'en fichait éperdument. La seule chose sur laquelle il se concentrait c'était la sensation de tension qui se dégageait de Kaïn ouvertement défensif dans son attitude, ce qui relança son sentiment de culpabilité. Il était vraiment désolé de faire le forcing ainsi, mais il ne voyait pas d'autre moyen. C'était pour le bien de l'Auror. Il se répétait cette pensée pour se persuader, mais il ne savait pas comment soulager le désarroi de celui qui était rien d'autre qu'un grand frère. Il était impuissant, il s'en rendait compte. Et il se mit à douter. Avait-il pris la bonne décision finalement ? Pour le bien de Kaïn... Vraiment ?

Il laissa Kaïn faire le mort, comme promis, ne disant rien, ne demandant rien, étant juste là. Et soudain, alors qu'il avait pensé que Kaïn avait peut-être fini par s'endormir, dans le silence de la chambre, il sentit les tremblements caractéristiques de quelqu'un pris de sanglots.

Matt ferma les yeux à s'en faire mal. Que devait-il faire ? Jamais Kaïn n'avait été aussi mal. Et il semblait d'ailleurs que c'était bien la première fois qu'il s'autorisait à pleurer devant lui. L'assistant de direction en déduisit que c'était peut-être parce que le garde du corps avait fini par zapper sa présence. Et par conséquent qu'il ne devait surtout pas bouger et se taire. Kaïn avait besoin d'évacuer sa peine et son refus de le voir près de lui était significatif. S'il se rappelait à son bon souvenir, l'Auror risquait fort de se braquer encore une fois et tenter de se reprendre. Or, il avait besoin de lâcher complètement prise.

Alors Matt ne s'autorisa pas à briser le silence. Il ne fit aucun mouvement, même si resserrer son étreinte était une envie qui le tenaillait plus que jamais. Il avait réussi à ce que Kaïn se détende assez pour oublier sa présence qui le dérangeait tant (la crispation douloureuse de son corps ne lui avait pas échappé...) et se laisse aller. Il n'allait pas prendre le risque de tout foutre par terre d'autant qu'il trouvait qu'avoir ainsi imposé sa compagnie alors qu'elle était clairement rejeté, ça faisait déjà beaucoup. C'était à Kaïn de décider quand il se sentirait prêt à venir vers lui. Qu'importe si c'était dans une heure ou le lendemain, même.

Mais même quand on faisait le plus attention possible à ne pas effectuer un geste, qu'on se retient au maximum, l'inconscient et les réflexes vous trahissent. Aussi alors que Matt était persuadé de ne pas avoir bougé d'un cil, ses muscles s'étaient imperceptiblement resserré sur le corps de son ami.


[Bon, j'ai l'impression que c'est tout pourri mais bon... ¬_¬]


Tu entends ce rythme endiablé là ? Ça, ça fait danser les Ratz ! ^____^'

Membre forcé par M. Smith (mais pas trop quand même ! :p) du
Revenir en haut Aller en bas
Kaïn Darknight
Auror [Pôle Protection] &
Président du Club de Journalisme
Auror [Pôle Protection] &Président du Club de Journalisme
avatar

Messages : 487

Né(e) le : 31/08/1988
Age : 29

Où à Poudlard ? : Tourne la tête ma belle, je suis là...

Rang & Club : Auror Pôle Protection, Super Blaireau en titre, Président du FLPM, du club de Journalisme & Baka Ranger Jaune !

Caractéristiques
Compétence: Niveau 8
Particularité: Drageur Fou
Baguette: 31 cm, bois de Houx et crin de Licorne

MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Lun 28 Mai 2012 - 21:57

[Il est très bien t'inquiète... mais par contre, Kaïn est plus vieux que Matt normalement xD *pas de beaucoup soit, même pas 3 mois, mais ça m'a fait rire lol* ]

Oui il avait besoin de se concentrer uniquement sur lui, plus que jamais et à vrai dire, ce matin là, il n'allait pas se faire prier pour prendre ce droit quoi qu'il arrive. Et s'ils voulaient rester son ami, tous autant qu'ils étaient, il fallait qu'ils s'y fassent. Mais Matt était son meilleur ami, celui de qui il était le plus proche et ceux depuis qu'il était arrivé à Poudlard un des rares de son age qui l'avait accepté tout de suite sans le juger aussi, alors il n'avait que peu de soucis à se faire de ce coté là et dans son fort intérieur, il le savait bien. Mais il avait toujours fait en sorte que personne ne s’inquiète pour lui, de se montrer toujours de bonne humeur et en forme quelque soit ses ennuies et les galère de sa vie. Il était secret, malgré son exubérance assumé et sa pseudo transparence, aussi et même devant l'ex-poufsouffle il ne se laissait jamais aller à la déprime. Et aujourd'hui, il n'en avait pas plus envie... sauf qu'il savait qu'il ne pourrait pas se retenir parce que c'était trop grave, trop difficile...

Alors il avait voulu le chasser, pour ne pas avoir à se préoccuper de lui et surtout pouvoir déprimer pleinement mais bien sur le musicien avait refuser sa demande. Oui, bien sur, si leur situation avait été inversé il aurait réagit de la même manière : on ne laissait pas les potes se démerder tout seul quand ils allaient mal, on se serrait les coudes c'était ainsi. Mais là, alors que c'est lui qui chargeait, il n'avait pas l'envie et surtout le recul pour penser de cette façon, pour se mettre à sa place justement, malgré les mots de son ami. Et son attitude le prouvait aisément. Il n'était pas contrarié que Matt lui refuse une des rares demande ouverte qu'il lui faisait -il réclamait si peu- il en était juste triste. Quand tout ça aurait un peu passer, il en serait probablement reconnaissant à l'assistant de direction, mais pour le moment il ne pouvait pas.

Il n'avait rien répondu à son ami, gardant délibérément le silence, mais son écart était bien plus parlant qu'un long discourt. Même s'il ne voulait pas le laisser, lui de désirait pas de contact. Il ne voulait pas le sentir, il ne voulait pas plus communiquer. Et si son ami se sentait mal, terriblement ennuyé de devoir refuser ce qui était une demande légitime, à vrai dire là Kaïn s'en foutait... c'était bien fait pour lui il n'avait qu'à le laisser. Ce n'était pas les pensées que devaient avoir un ami, c'est vrai, mais là franchement ça ne pouvait être autrement. Pourquoi on ne pouvait pas lui fiche la paix, pour une fois ?... Juste une fois...

Et finalement, Matt avait finit par prendre un peu plus place sur le lit et lui avait, à son tour, fait une demande. Et si l'éphèbe n'avait rien répondu, il savait aussi pertinemment qu'il n'obtiendrait pas plus. Il avait donc laisser faire son ami, tendu, et il lui avait fallut bien du temps blottit les yeux fermer sous les draps, pour arriver à passer outre la présence de se dernier. Ça n'avait pas été simple non, mais le silence et le noir de l'appartement aidant, petit à petit il avait réussit à relâcher un peu la tension palpable. Et la peine avait prit le dessus.

Pourtant, il n'avait pas totalement oublié la présence de son meilleur ami... la façon dont il retenait son souffle par moment, pour faire le moins de bruit possible en était la plus criante expression et cette sensation s'intensifia quand il avait sentit le compositeur resserrer légèrement, de façon involontaire, son emprise sur son corps. Et même s'il sentit un léger malaise sous l'action du Baka Red, il ne pouvait pas contenir ce qu'il ressentait en cet instant alors il resta juste là, à pleurer en silence, jusqu'à ce que l'épuisement.

Puis finalement, après un temps qu'il n'aurait pas su dire, il avait finit par doucement s'apaiser. Cela se fit en douceur, et ça ne le soulageait pas spécialement, mais les larmes s'étaient taries pour un temps. Elles reviendraient, il se sentait toujours aussi mal et fautif de ce qui était arrivé, il n'arrivait juste même plus à pleurer pour le moment. C'était sans doute normal, comme un cycle, pourtant cela laissait un goût étrange à l'Auror, tel une faute qu'il commettait. Et finalement, il avait un peu remuer sous les draps pouvant que même malgré la fatigue et se soudain calme, il ne dormait pas pour autant. Au contraire même puisque finalement, au bout de quelques minutes, le super blaireau c'était même légèrement redresser jusqu'à venir finir par s’asseoir, en douceur, dos à son ami. Parce que même s'il était un peu calmé, il n'était pourtant toujours pas prêt à lui faire face et à lui parler.

Il resta ainsi voûté, quelques minutes, la couverture ayant glissé et laissant voir qu'il avait même pas prit la peine de se déshabiller totalement même s'il avait virer chaussure, pantalon et veste -qui trônait sur une chaise dans un coin d'ailleurs, même s'il serait probablement plus judicieux de les jeter dans le fond. Calant par automatisme son bras blesser contre son torse avec son autre main, prouvant qu'il n'était pas aussi bien remis qu'il le faudrait, il avait finalement tendu son bras valide pour attraper la bouteille qui trônait, à moitié vide, sur la table de nuit. Il en avait finalement but quelques gorgée avant de laisser un soupir passer ses lèvres, avant de reposer cette dernière. Même ça, ça lui semblait stupide maintenant. Bien sur, il n'était pas question de se laisser mourir de soif ou autre chose mais ça semblait tellement normal, tellement banal. Et les choses banales, après ce qu'il c'était passé, semblait si déplacé.

Est-ce que ça allait être comme ça pour un long moment ou est-ce qu'un matin, il allait se réveiller et qu'il n'y penserait plus ? C'était idiot... et un peu dérangeant aussi il en était conscient... mais pour le moment ça semblait tellement important, presque essentiel et il n'arrivait pas à s’empêcher de se poser des questions étrange, de revenir sur la scène aussi et modifier le déroulement des choses... Et s'il avait choisit un autre sortilège à lancer ? Pourquoi n'avait-il pas poussé Lydia sur le coté en essayant d'éviter le sort, peut-être aurait-il même pu le dévier au lieu de choisir de l'encaisser, quitte à ce qu'un passant en fasse les frais ? Ça ne servait à rien et ne faisait que le torturer ? Probablement... mais c'était plus fort que lui...

Et Kaïn c'était finalement levé et c'était dirigé vers la sortie de la chambre. Même s'il ne voulait pas bouger, s'il désirait plus que tout de rester cacher sous les draps jusqu'à ce que Matt parte enfin et le laisse tranquille, il y avait des impératifs que son corps lui rappelait. Il avait donc disparu dans la salle de bain et à vrai dire, il se demanda un moment si, s'il s'enfermait là, son ami finirait par partir... Ça ne risquait pas d'arriver bien sur, bien au contraire ça ne ferait qu'empirer les choses, mais le temps un peu trop long qu'il mit dans la salle de bain aurait pu mettre la puce à l'oreille au compositeur. Enfin, il était revenu... et il c'était à nouveau assit, tournant le dos à son ami.

"… Il va se passer quoi maintenant ?..."avait-il finalement murmuré, la voix lasse et un peu cassé.

Cette question avait plusieurs sens à vrai dire : 'Comment faire pour que tu partes enfin ?', mais aussi et surtout 'Comment passer outre et reprendre le dessus ?' Et l'une était aussi importante que l'autre. Parce qu'autant il voulait toujours rester seul mais savait pertinemment que le cadet ne le lâcherait pas, autant il était totalement perdu et ne voyait vraiment pas comment il allait pouvoir s'en sortir sur ce coup... Finalement, il n'était peut-être réellement pas fait pour cette vie là...


Je suis d'ici et d'ailleurs. C'est confus ? Si tu es charmante je pourrais te l'expliquer en tête à tête
~
Membre Soporifique du
Revenir en haut Aller en bas
Matt Anderson
Stagiaire de Direction

Stagiaire de Direction
avatar

Messages : 37

Né(e) le : 11/11/1988
Age : 29

Où à Poudlard ? : Dans la salle de musique ou chez les blaireaux !

Rang & Club : Meilleur pote du Dragueur Fou, ex célibataire, et Baka Ranger rouge.

Caractéristiques
Compétence: Niveau 7
Particularité: Ami du virus
Baguette: 31,1 cm,bois de houx, aile de lutin de cornouaille

MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Jeu 19 Juil 2012 - 13:19

[… Pffff... *jours, semaines et mois qui passent*... Ben ça pour du blocage, c'est du blocage ^^'''

Mais tu pouvais pas me le dire plus tôt au lieu de me laisser m'enfoncer ? XD *sait pas comment a calculé son coup, va corriger ses mess du coup*]



Matt ne savait ni quoi penser, ni quoi faire. Cette situation était une première pour lui. Jamais Kaïn avait refusé de communiquer avec lui, l'avait repoussé ainsi aussi ouvertement. Et face à ce rejet, qui était parfaitement compréhensible, il n'y avait pas à débattre sur cette question, le jeune compositeur se sentait complètement désarmé. Il ne savait pas comment il pouvait aider son ami. Surtout quand ce dernier ne voulait pas être aidé.

Kaïn avait finalement arrêté de pleurer. Cela avait pris du temps, le temps nécessaire, mais peu à peu, les sanglots s'étaient tus et le corps de l'Auror avait cessé de trembler. Matt pensa, avec son optimisme habituel que c'était le signe d'une amélioration mais son aîné eut tôt fait de lui démontrer par son attitude que non, cela n'allait pas mieux. C'était juste l’œil du cyclone, une accalmie tout au plus. Mais qu'il se redresse ainsi, avait tout de même donné de nouvelles informations au musicien. D'abord, Kaïn ne s'était pas changé, n'était pas passé par la case douche, n'avait apparemment pas quitté la chambre, et de ce fait n'avait certainement pas mangé quoi que ce soit en deux jours. Et à sa manière de caler son épaule contre son torse, son épaule était loin d'être guérie.

Bref, Kaïn se laissait aller, ce qui pouvait parfaitement se comprendre mais qui était néfaste pour sa santé. Et malgré toute sa bonne volonté, Anderson n'était pas certain du tout d'être capable de faire entendre raison à son ami. L'Auror était une tête de bois au même titre que chaque membre de la bande mais il fallait reconnaître qu'il était l'un des meilleurs dans ce domaine. Et puis, Matt n'avait aucune compétence médicale. A peine, s'il savait quoi faire pour les premiers soins... Il était évident qu'il fallait quelqu'un de plus compétent. Et le volontaire désigné était évidemment tout trouvé. Même s'il avait promis tacitement de ne pas mêler les autres membres de l'équipe à ce qui se passait, l'aide de Seiki allait être plus que nécessaire.

Mais le raisonnement de Matt s'arrêta là pour un instant car Kaïn finit par se lever après avoir reposé sa bouteille d'eau et se dirigea sans un mot à l'extérieur de la chambre. Le compositeur le laissa faire sans rien tenter pour le retenir. Il ne fut pas surpris de l'entendre s'enfermer dans la salle de bain, mais il le fut par le temps qu'il mit à en sortir. Et, comme le pensa l'Auror, son cadet comprit plus ou moins le message. D'autant plus quand il lui tourna le dos en se rasseyant sur le lit... Décidément, il allait falloir peut-être se montrer un peu plus ferme, sans quoi ils n'avanceraient sans doute pas.

D'abord, Matt ne sut pas quoi répondre à la question de Kaïn. Ce qui allait se passer ? Vaste question. Le double sens était assez évident aux oreilles du cadet. Mais ce n'était pas pour autant qu'il avait les réponses. La situation était inédite pour lui après tout. Des situations dramatiques, lui, n'en avait jamais connu, contrairement aux autres BR. Il avait été le plus préservé et le plus heureux. Il n'avait connu aucun malheur, aucune réelle douleur dans sa vie, si on exceptait le silence de Thalie quand elle avait fui. Et encore, il n'avait pas été difficile de surmonter son angoisse, optimisme andersonien oblige. Alors il n'avait pas l'expérience pour gérer efficacement la situation actuelle. Pas tout seul en tout cas. Il savait reconnaître ses lacunes. Il ne voulait pas braquer ou blesser Kaïn en se montrant insistant, il ne voulait pas le contrarier. L'épreuve qu'il traversait était tellement difficile. Il savait qu'il n'aurait ni l'autorité, ni le statut nécessaire pour avoir raison de l'obstination de son ami. Sa résolution fut donc prise.

"Tu ne veux pas de moi, je le conçois et l'accepte, alors je vais te laisser tranquille." répondit donc d'abord gentiment le compositeur en se levant après un léger temps de réflexion. Laisser du terrain pour mieux amener une suite qui allait être moins évidente à faire passer, pour sûr.

"Je vais aller dans le salon."

Implicitement, je ne quitterai pas l'appartement pour autant. C'est juste un compromis au problème qui nous oppose. Parce qu'un autre risque de se poser...

"Je ne te prends pas en traître, Kaïn, je vais appeler Seiki. Ton épaule ne va pas bien. J'ai compris que tu veux qu'on te laisse seul, que tu veux nous fuir et te cacher. C'est okay. Mais ce ne sera pas au détriment de ta santé, il n'en est pas question." affirma-t-il le plus calmement du monde mais cette fois avec fermeté.

Et joignant le geste à la parole, Matt reprit son manteau et se dirigea à son tour vers l'extérieur. Mais arrivé à la chambranle, il finit par conclure pour mieux faire passer la pilule. Du moins espérait-il obtenir cet effet.

"Après, c'est promis, on te laissera aussi tranquille que possible."

Sous-entendu, qu'on ne sera quand même pas très loin... Juste par sécurité.

En refermant doucement la porte derrière lui, le compositeur soupira. Au moins, avait-il répondu à la première partie de la question de l'Auror. La deuxième. Le traditionnel 'Il fallait continuer' était la réponse la plus évidente. Mais il pensait que Kaïn n'était pas prêt à l'entendre celle-là. C'était tellement formel en plus. Comment allait-il surmonter tout ça ? Avec du temps, simplement, et par étapes successives. Mais son cadet était sûr d'une chose, il n'allait pas retrouver le moral de sitôt, si en plus, son corps n'allait pas bien et si ses besoins primaires n'étaient pas contentés comme il le fallait.

Matt sortit donc son miroir à double sens de la poche intérieure de son manteau et appela le renfort nécessaire qui mit quelques longs instants à répondre. Seiki était de garde, et cela, ils le savaient tous. Donc pour que l'un de ses amis se permette de le déranger, c'était qu'il y avait un problème sérieux. C'était la règle. On appelle qu'en cas d'urgence. Le médicomage prit donc les devants. A sa manière d'entamer la conversation, il fit immédiatement comprendre à Anderson qu'il avait conscience de ce fait et qu'il fallait aller droit au but donc.

"Matt, qu'est ce qui se passe ?"

Un peu surpris par cet accueil direct mais pas plus surprenant que cela de la part de l'Eurasien dans le fond, il fallut une légère hésitation au compositeur pour expliquer ce qui se passait.

"C'est Kaïn, il ne va pas bien du tout."

En quelques mots, l'assistant de direction expliqua la situation et insista sur la blessure que l'Auror avait subi. Il n'en fallut pas plus à Tsuno.

"Je suis là dans cinq minutes."

Et bam, il coupa la communication sans donner l'occasion à Matt le temps de dire quoi que ce soit d'autre, le laissant quelque peu... épaté. Décidément, Sei était sans doute le type le plus abrupt qu'il connaissait. Fallait toujours que ça tourne avec lui. Vite et parfaitement. Et comme pour illustrer cette affirmation, cinq minutes plus tard tapantes, montre en main, le compositeur entendit frapper sèchement à la porte. Et il se décida à prendre exemple sur le médicomage en le conduisant immédiatement vers la chambre où Kaïn les "attendait", avec quelques mots bien dosés.

"Je te préviens, il est plus que récalcitrant."



Tu entends ce rythme endiablé là ? Ça, ça fait danser les Ratz ! ^____^'

Membre forcé par M. Smith (mais pas trop quand même ! :p) du
Revenir en haut Aller en bas
Kaïn Darknight
Auror [Pôle Protection] &
Président du Club de Journalisme
Auror [Pôle Protection] &Président du Club de Journalisme
avatar

Messages : 487

Né(e) le : 31/08/1988
Age : 29

Où à Poudlard ? : Tourne la tête ma belle, je suis là...

Rang & Club : Auror Pôle Protection, Super Blaireau en titre, Président du FLPM, du club de Journalisme & Baka Ranger Jaune !

Caractéristiques
Compétence: Niveau 8
Particularité: Drageur Fou
Baguette: 31 cm, bois de Houx et crin de Licorne

MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Jeu 26 Juil 2012 - 19:20

[ ^^'' *compati* Et nan ça aurait été beaucoup moins drôle xD]

Il faut dire qu'il n'y avait rien à faire du tout... Matt n'avait pas les clés pour ce genre de cas et même si cela posait donc problème dans cette situation précise, c'était pourtant un bien que Kaïn lui enviait. Il aurait aimé lui aussi que cette situation lui soit étrangère... si seulement... Mais ce qui le rendait bon dans son métier et faisait de lui un bon ami était aujourd'hui la cause de ce qui le torturait autant. On le lui avait dit à l'Académie des Aurors, que le plus important était de ne pas s'attacher, mais il n'en avait jamais eut autant conscience qu'en cet instant précis ou, allongé entre les draps, il l'avait perdu.

Et finalement parce que cela faisait trop de larmes, ses dernières avaient finit par se tarir pour un temps et Kaïn c'était redressé, informant sans doute son ami plus qu'il ne l'aurait souhaité sur son état et sur ses excès, pour se rendre à la salle de bain. Effectivement il n'avait rien avalé d'autre que de l'eau et ses médicaments depuis qu'il était rentré de l’hôpital mais même si les Médicomage lui avait fait comprendre qu'il devait s'alimenter correctement, il ne s'en sentait ni l'envie ni la force. Parce que c'était trop banal et trop terre à terre... parce que la simple idée de manger lui donnait envie de vomir et de s'ensevelir encore plus sous les couvertures. Ce n'était pas très raisonnable probablement mais justement, il y avait peut-être de quoi justement ce dimanche là... parce qu'il n'arrivait pas à passer outre et n'était pas sur d'en avoir envie de surcroît.

Finalement, il était donc revenu dans la chambre non sans se poser la question de mettre une barrière physique entre lui et son ami et s'était rassit, son bras blessé contre lui et dos au compositeur. Il ne voulait pas communiquer, c'était très clair dans sa gestuelle et même s'il laissa cette phrase au double sens parfait passer ses lèvres, c'était avant tout pour qu'il le laisse enfin tranquille. Ce que visiblement Matt comprit parfaitement.

La première phrase fut accueillit comme il se doit par l'Auror, soit dans le silence le plus parfait. L'assistant de direction ne pouvait le remarquer vu leurs positions mais Kaïn avait fermé les yeux un instant en entendant ses mots salvateurs. Il ne les avait sur le coup pas attendu, persuadé qu'il était qu'il faudrait livrer bataille avant qu'il ne se rende ou tout du moins lâcher du terrain puisqu'il n'avait justement pas l'envie de s'opposer aussi à son meilleur ami. Mais non, il allait le laisser un peu tranquille. Bien sur, parce que ça ne pouvait pas se finir ainsi il le savait bien, le musicien ajouta qu'il allait dans le salon ce que notre Super Blaireau compris parfaitement comme un refus de le laisser complètement, qu'il restait dans le coin au cas ou. Enfin, ça il pourrait passer outre, tout ce qu'il voulait c'était au moins être seul dans cette chambre.

Le dos de l'Auror c'était légèrement voûté donc, un peu relâcher, quand une nouvelle fois la voix de l'ex-Poufsouffle c'était fait entendre. Mais ses mots là, il n'était pas sur de les apprécier à vrai dire. Il ne lui avait demandé qu'une petite chose, à savoir de le laisser tranquille, ce n'était donc pas pour qu'il rameute la cavalerie. En plus, des Médicomages, il en avait vu alors il pouvait très bien le laisser vivre... ou plutôt ne pas vivre vu les circonstances.

"J'ai ce qu'il me faut pour ça."avait répondu le Don Juan sur un ton proche du reproche, il fallait l'avouer, mais que le compositeur ne releva pas.

Il devait avoir entendu mais sur ce coup-là, pas de doute que chacun des deux camperaient sur leurs position et que le taciturne Eurasien rappliquerait... du coup ça n'en valait pas la peine probablement. Et même si dans quelques jours il y avait fort à parier qu'il le remercierait -ou tout du moins passerait outre et le verrait dans le fond comme une bonne chose- pour le moment tout ce qu'il voulait faire passer c'était qu'il en voulait à son meilleur ami de faire si peu cas de ce qu'il voulait réellement.

Enfin, se raccrochant à la seule idée positive de ce court échange, à savoir que, au moins pour un petit moment, le musicien le laissait seul, il l'entendit se lever, récupérer sa veste mais pas une fois il n'avait tourné le regard vers lui ou fait le moindre mouvements. Il attendait, simplement, qu'il s'éloigne enfin de son périmètre, qu'il le laisse tout seul parce que pour le moment c'est tout ce à quoi il aspirait. Un espèce de soubresaut secoua les épaules de l'Auror au moment ou Matt se tourna une fois de plus dans sa direction, entre rire narquois et exaspération sous la remarque. Ils allaient le laisser tranquille ? Mais bien sûr. Et ce simple geste parasite l'exprimait au plus haut point. D'ailleurs, la voix toujours aussi étrange de Kaïn se laissa entendre dans la chambre, preuve de plus qu'il rejetait même cette idée.

"A d'autre..."

Puis finalement il c'était retrouvé seul, enfin, et il avait senti ce début de colère contre son ami s'évanouir en même temps que sa présence. Il c'était finalement laissé à nouveau allé sur le lit, allongé et les yeux grand ouvert sur un point qui n'existait pas et avait attendu, sans bouger, osant à peine respirer à vrai dire, que d'autre vienne a nouveau envahir son espace. Qu'allait-il faire ? L’ausculter ? Il ne lui dirait rien de plus que ceux qu'il avait vu à l’hôpital. Il allait peut-être lui rappeler sèchement qu'il fallait qu'il mange pour que son épaule guérisse mais en dehors de ça... Il n'avait pas envie d'entendre ses remontrance et là, pour le moment, il s'en moquait bien de guérir. Et sinon ? Il allait lui parler ? Il n'avait pas envie de parler lui justement, il voulait rester là, tout seul et qu'on l’oubli. C'était vraiment trop leur en demander ?

Et il n'avait pas fallu longtemps à l'Auror pour être fixé sur son sort car moins de 10 minutes après que Matt n'ait déserté la chambre, il avait entendu les bruits de coups secs contre la porte d'entrée, étouffés par les cloisons. Et s'il n'avait pas prit la peine de se couvrir en s’allongeant, il avait cette fois attrapé la couverture de son bras valide et l'avait tirer sur lui, pour se cacher, même si c'était la protection la plus dérisoire qui était. Mais au moins, Sei serait fixé : lui non plus il ne voulait pas le voir. Et entendre la porte de sa chambre s'ouvrir n'arrangeait pas se ressenti, qu'il finit de toute façon par expliciter.

"Matt a eu tord de t'appeler, tu peux partir."

Clair et net, malgré cette voix cassée. Il n'était même pas récalcitrant à ce niveau, il ne voulait purement et simplement personne dans son périmètre et comptait bien en faire part à tout ceux qui le franchirait. Il n'avait rien contre Sei en temps que tel, on l'avait fait venir après tout normal qu'il se déplace, mais ce n'était pas pour ça qu'il allait l'accepter sans broncher.


Je suis d'ici et d'ailleurs. C'est confus ? Si tu es charmante je pourrais te l'expliquer en tête à tête
~
Membre Soporifique du
Revenir en haut Aller en bas
Seiki Tsuno
Exilé(e) politique

Exilé(e) politique
avatar

Messages : 524

Né(e) le : 11/03/1987
Age : 30

Rang & Club : Baka Ranger noir. Etudiant en médicomagie urgentiste.

Caractéristiques
Compétence: Niveau 8
Particularité: Doudou de Tetsuya
Baguette: Bois de Lierre, nerf de coeur de dragon, 34,3 cm

MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Mar 31 Juil 2012 - 21:04

Les quelques mots d'introduction de Matt n'étonnèrent absolument pas Seiki. Le contraire aurait était davantage surprenant au vu des circonstances et du caractère de Kaïn. Contrairement au compositeur, le médicomage savait mieux où il mettait les pieds. Son cadet et lui étaient déjà passés par ce genre d'épreuves traumatisantes, de par leurs professions. Les besoins du jeune homme, il pouvait s'en faire une idée, qu'ils soient physiques ou psychologiques. Mais pour le moment, les premiers primaient sur les seconds, et il fallait s'assurer que tout allait bien.

Et quand il entra dans la chambre, il ne fut pas étonné de voir le jeune auror, limite planqué sous les draps, l'envoyer bouler.

"Cause toujours. Assis-toi."

Là aussi, clair et net. A la différence près qu'aucune émotion n'était perceptible dans la voix du médicomage contrairement à son ami. Quand on avait Dray Fox comme patient depuis des lustres, ce n'était pas Kaïn Darknight qui allait vous impressionner. Et puis, les patients étaient bien les derniers à être objectifs quant à leur état. C'était ou la mort pour une simple coupure au doigt, ou ils pétaient la forme alors que c'était à peine s'ils avaient la force de lever le même doigt.

D'un regard, il fit entendre à Matt qu'il fallait qu'il sorte alors qu'il posait son sac au bord du lit et tirait sans aucune forme de procès la couverture du blessé.

"Ou tu me laisses faire et ça dure dix minutes à tout casser, ou tu te montres buté et ça dure beaucoup plus longtemps pour le même résultat."

Et pour appuyer son propos, il se tourna vers Matt alors que celui-ci passait la porte, fouillant dans son sac pour sortir un certain nombre de potions.

"Ramène-moi un verre et quelque chose de léger à lui faire avaler. Et toi, enlève cette chemise ou la magie s'en chargera."

Et il était certain qu'il ne plaisantait pas, l'Eurasien. Son regard sévère était un signe révélateur. Il n'était pas prêt de laisser Kaïn faire comme il l'entendait au moins le temps q'il fasse son boulot. C'était certes un ami, mais dans ces situations, ils rétrogradaient tous aux rangs de patients, et dans ce sens, le comportement de Seiki changeait en conséquence, et le cas de Dray, réveillé depuis peu d'un coma de trois semaines, avait renforcé sensiblement sa dureté dans ces cas-là.

Quand enfin la chemise fut à terre, et on ne vous dira pas comment elle fut retirée (:p), Seiki ne chercha pas midi à quatorze heures, et la boule de vêtements déplorables, fut tout bonnement balancée de la chambre d'un coup de baguette sans aucune autre forme de procès. Rester avec ces loques à portée de vue était bien la dernière chose qu'il fallait à l'Anglais.

Le mieux, à présent, cela aurait été que Kaïn prenne une douche, mais on n'allait pas trop lui en demander pour l'instant. Vu à quel point le jeune homme ne voulait pas entendre parler de leur présence, un sortilège serait bien suffisant pour faire un brin de toilette, ce que Seiki appliqua l'air de rien en se penchant par la même occasion sur le flacon d'anti-douleur puis la raison de sa présence, l'épaule de l'auror.

La plaie avait été bien fermée, sur cela, il n'y avait rien à redire. Mais la mobilité de Kaïn laissait énormément à désirer. Matt avait bien fait de l'appeler, cela ne faisait aucun doute. Il allait demander si le collègue qui l'avait soigné avait immobilisé l'articulation, suspicieux. Normalement, il aurait dû la garder au moins la journée pour laisser son épaule complètement au repos, mais quand il vit l’attelle au pied du lit, il comprit le problème. Mais qu'est-ce qui lui avait foutu des imbéciles pareils qui n'étaient pas foutus de respecter les consignes des médicomages ?

Après une application, dans un massage profond, d'un onguent qui devait désinfecter et faciliter la détente des muscles malmenés et crispés et la cicatrisation interne qui semblait avoir du mal à se faire quand on voyait la couleur noire indigo de l'énorme hématome qui entourait l'orifice refermé, Seiki fit faire quelques mouvements doux à l'articulation et replaça le strapping, avant de donner des consignes bien plus strictes.

"Interdiction de l'enlever pendant les cinquante-deux prochaines heures, même pour te doucher. Et si c'est le cas, je ferai comme pour Dray, je la scelle."

Parce que si Kaïn l'enlevait, Sei doutait beaucoup qu'il la remette. S'il y avait bien une chose pour laquelle l'étudiant ne plaisanterait jamais et était particulièrement autoritaire, c'était bien sur la santé de ses patients.

Et alors qu'il finissait d'examiner l'état général de Kaïn au passage, Matt revint avec le plateau repas et le verre demandé. Seiki s'en saisit avec autorité et le posa sur le lit. Une salade de crudités et deux tranches de jambon, c'était bien suffisant pour le moment. Mais avant, il donna deux potions à Kaïn. La première était tout simplement un décontractant Le deuxième était un peu plus retors et là aussi, il avait pris la technique en s'occupant de Fox. On annonçait la couleur de l'antalgique en taisant les quelques gouttes de produit appétant qu'on avait savamment mélangé dedans, quand on manipulait encore les fioles dans le sac. Au moins, même si Kaïn refusait de manger, son estomac et la partie primaire de son cerveau ne l'entendraient définitivement pas de cette oreille. Comment ça, ce n'était pas fair-play ? Mais qui avait dit que Seiki Tsuno l'était ?

"Je ne te demande pas de finir mais tu mangeras un minimum. Je ne tiens pas à te prescrire des séances de kiné qui pourraient être évitées."

Enfin quand chaque parti eut fini ce qu'il avait à faire, l'Eurasien et Matt se dirigèrent vers la sortie comme ils l'avaient l'un et l'autre promis. D'autant que lui, devait retourner à l'hôpital. Il avait quand même sa garde à finir, avec tout ça. Mais il n'en avait pas fini avec Kaïn, ça, c'était une certitude, et il eut tôt fait de l'en avertir.

"Maintenant, on te laisse. Je repasserai ce soir, pour le dîner."

Cependant dehors, à la porte, Seiki, avant de repartir vers St Mungo tint à dire deux mots à Matt, avec une fermeté qui le caractérisait sans aucun doute.

"Je sais que tu veux bien faire, mais laisse-le. Kaïn a besoin de cette solitude pour se relever. Reste dans le secteur pour t'assurer de sa sécurité physique, mais ne t'impose pas. Il reviendra vers nous quand il sera prêt. Et débarrasse-toi des vêtements, ça vaut mieux."
Revenir en haut Aller en bas
Matt Anderson
Stagiaire de Direction

Stagiaire de Direction
avatar

Messages : 37

Né(e) le : 11/11/1988
Age : 29

Où à Poudlard ? : Dans la salle de musique ou chez les blaireaux !

Rang & Club : Meilleur pote du Dragueur Fou, ex célibataire, et Baka Ranger rouge.

Caractéristiques
Compétence: Niveau 7
Particularité: Ami du virus
Baguette: 31,1 cm,bois de houx, aile de lutin de cornouaille

MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Mar 31 Juil 2012 - 22:59

Pour être tout à fait franc, Matt était content que Seiki prenne ainsi les choses en main. Lui aurait été incapable de se montrer aussi ferme avec Kaïn. Alors, sans doute que l'Auror n'apprécierait pas du tout ce qui était en train de se passer, mais il fallait sans doute au moins ça pour que les choses s'améliorent. Parce que la situation était vraiment mauvaise aux yeux du compositeur, qui n'avait jamais vu Kaïn aussi désespéré et agressif, en particulier à son encontre. Quelque part, les remarques acides de son meilleur ami, quand il était sorti de la chambre, l'avaient un peu peiné. Pourtant, il ne lui avait jamais menti, ni n'avait trahi parole donnée. Alors que Kaïn montre aussi ouvertement qu'il ne croyait pas un mot de ce qu'il pouvait lui dire, cela le chiffonna. Oh ça passerait très vite. Sans doute même que d'ici deux ou trois heures, il aurait complètement passé outre. Mais bon, pour l'instant, ça ne faisait pas plaisir.

Donc, dès que Seiki mit les pieds dans l'appartement, il lui laissa les commandes. Il se retint de soupirer quand l'Auror le tacla au passage quand il envoya bouler leur aîné, qui n'hésita en aucune façon à le lui rendre, et là il se retint de sourire par contre. Au contraire, lui pensait qu'il avait eu une bonne idée justement... Il ne voyait pas comment débloquer les choses autrement.

La demande de sortir de Seiki, Anderson la prit comme c'était. La demande d'un médicomage de s'entretenir seul avec son patient. Rien de plus normal en somme. Et quand l'étudiant lui demanda de ramener de quoi manger et un verre, il ne se fit pas prier pour quitter les lieux chargés de tension. Le jeune musicien détestait les conflits alors s'il pouvait s'échapper de celui-là tout en se rendant utile, il était preneur. Dans la cuisine, par contre, il se retrouva face à un problème de taille. Les placards et le frigo étaient vides. Heureusement, il y avait une petite supérette en bas de chez le Londonien et il ne fallut qu'une poignée de minutes à Matt, pas plus surpris que cela, à son retour, de trouver les vêtements abîmés et ensanglantés de Kaïn dans le salon, pour acheter quelques provisions et préparer un repas frugal, respectant à la lettre les consignes de Sei.

Mais ce fut donc pour cela, que le médicomage eut tout le temps désiré pour s'occuper de leur ami avant que leur cadet ne revienne avec le plateau et le verre demandé. Ce fut dans un silence absolu qu'il passa le repas à l'aîné et il le laissa faire comme il l'entendant pour venir à bout de la résistance de Kaïn, c'est à dire à la Tsuno, sans aucune délicatesse et avec dureté. Et quelque chose lui souffla que c'était comme ça depuis que le début de leur entrevue... Son ami lui en voudrait sans doute à mort pour sûr...

Matt, bien sûr, ne percuta pas sur la manipulation des potions et le repas se fit dans un silence tendu. Et quand Kaïn eut fini et que Sei sembla s'en satisfaire, il récupéra le plateau pour sortir derrière le médicomage qui avait bien l'intention de marquer les événements de son tempo. Son assurance et son avertissement de revenir le soir-même rassura grandement Anderson. Comme un poids qu'on lui enlevait. Il ne serait pas seul à batailler avec le Londonien et à l'aider contre son gré. Et ça, il en était reconnaissant à Seiki, parce qu'il ne savait vraiment pas quoi faire.

Aussi quand l'Eurasien voulut lui parler, juste avant de partir, ce qu'il lui dit, qu'importe la manière, Matt l'écouta avec une grande attention. Il ne put toutefois pas retenir une grimace un peu dépitée, mais il acquiesça du chef, montrant par là qu'il avait parfaitement saisi. Après tout, Seiki était passé par là lui aussi, il était sans doute le seul de la bande à pouvoir comprendre Kaïn et faire en sorte que cela se passe bien.

"D'accord, je ferai comme tu dis."

Il n'y avait rien à dire d'autre et de ce fait, il referma la porte derrière Sei après l'avoir remercié d'être venu aussi vite et souhaiter bon courage pour la suite de sa garde. Lui resta dans le salon, comme il l'avait promis et à Kaïn et à l'étudiant. Mais dur de rester en place, tranquillement dans son canapé, alors pour dire de, Matt fit la vaiselle, s'occupa de virer les vêtements comme demandé et nettoya même la salle de bain et le salon, dans un minimum de bruit et beaucoup de magie. Enfin même comme ça, ça passe pas énormément de temps alors évidemment, ce fut dans son carnet à composer que le musicien passa le reste du temps en attendant le retour de Seiki ou peut-être, avec un miracle, le retour de Kaïn.


Tu entends ce rythme endiablé là ? Ça, ça fait danser les Ratz ! ^____^'

Membre forcé par M. Smith (mais pas trop quand même ! :p) du
Revenir en haut Aller en bas
Kaïn Darknight
Auror [Pôle Protection] &
Président du Club de Journalisme
Auror [Pôle Protection] &Président du Club de Journalisme
avatar

Messages : 487

Né(e) le : 31/08/1988
Age : 29

Où à Poudlard ? : Tourne la tête ma belle, je suis là...

Rang & Club : Auror Pôle Protection, Super Blaireau en titre, Président du FLPM, du club de Journalisme & Baka Ranger Jaune !

Caractéristiques
Compétence: Niveau 8
Particularité: Drageur Fou
Baguette: 31 cm, bois de Houx et crin de Licorne

MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Mer 1 Aoû 2012 - 22:41

En même temps il n'y avait rien d'étonnant non plus à ce qu'il envois aussi clairement bouler le médicomage et se dernier devait s'y attendre effectivement mais quand on ne voulait personne dans son périmètre, ça voulait bien dire personne alors qui pouvait bien le blâmer ? S'ils ne voulaient pas se faire recevoir de la sorte, tous autant qu'ils étaient, ils avaient qu'à lui foutre la paix et puis c'est tout. Et la réponse de l'eurasien tira un grognement contrarier à l'Auror c'était un fait et il resta obstinément sous le drap. Il avait beau dire, hors de question qu'il se laisse gentiment faire. Et ce n'était pas le fait que l'étudiant le mouche sèchement qui allait changer les choses.

"Fou-moi la paix." avait-il répondu, un peu hargneux.

Et quand il avait retirer aussi prestement sa protection de fortune d'un coup sec, l'ex-poufsouffle avait relever la tête vers son taciturne ami et lui avait lancé un regard un peu étrange, courroucé sans le moindre doute mais avec une pointe d'un autre sentiment un peu indéfinissable. Mais merde alors, pourquoi personne ne voulait lui lâcher la grappe à la fin ?! Il n'allait pas mourir lui, il ne risquait rien ici alors p'tain mais qu'ils se cassent tous ! Et la réflexion de ce dernier, tout en finesse, ne sembla pas arranger l'humeur du blaireau qui n'avait jamais paru aussi hostile envers ses amis c'était un fait.

"Tu m'emmerdes."

Voila, au moins c'était dit, mais il c'était quand même redresser dans le même temps. Oui il avait envie d'être seul alors autant qu'il se bouge c'était un fait... mais il n'allait pas pour autant fermer gentiment sa bouche ça il pouvait rêver. Ils le faisaient chier ? Et bien ça allait être réciproque et ils allait comprendre qu'on ne lui prenait pas la tête impunément. Et même s'il n'avait, précédemment, pas voulu faire de mal à Matt avec ses réflexions, il était à présent très clair avec le regard plein de reproche qu'il avait poser sur l'anglais que ça, il allait le lui payer. Parce qu'il n'avait pas oublier à qui revenait la faute de la présence de l'Eurasien dans son périmètre et qu'il n'était pas prêt de l'avaler non plus... pas tant qu'il était autant en colère en tout cas.

Mais il retira tout de même sa chemise, plus parce qu'il n'avait pas sa baguette à portée puisque cette dernière était poser sur le bureau un peu plus loin et qu'il ne pouvait ainsi pas virer promptement l’empêcheur de tourner en rond sans autre forme de procès. Il ne perdait rien pour attendre en tout cas, et ça se paierait c'était un fait. Et le regard sévère du médicomage le laissait de marbre lui, c'était pas un type qui lui faisait les gros yeux qui allait lui foutre la trouille. Le dernier à lui faire les gros yeux avait essayer de le buter après tout, alors niveau dangerosité il en côtoyait des plus costaud que lui.

Assit dans son lit, à présent débarrasser de sa chemise, il ne lâcha pas un instant le violoniste des yeux. Il le laissa faire sans rien dire quand il lui lança son sortilège pour lui offrir un brin de toilette mais ce n'est pas pour ça qu'il n'avait rien sentit. Et il avouait que se faire balancer des sortilège, même inoffensif comme celui-la, il avait du mal l'Auror et son air un peu plus renfrogner encore le prouvait bien. Dans le fond, il avait de la chance qu'il soit son ami, dans le cas contraire il se serait montrer encore plus récalcitrant et aurait tenter de faire regretter se geste à l’importun.

Il c'était alors laissé a peu près gentiment ausculté l'Anglais, non pas pour faire plaisir au médicomage mais clairement pour qu'il se casse de son périmètre le plus rapidement possible. Matt n'avait absolument pas bien fait de l'appeler non et il était très clair que le Don Juan rongeait son frein pour ne pas se dégager de la prise de l'Eurasien -ça aurait été un mauvais calcul puisqu'en plus de se faire mal, il l'aurait encore plus eux sur le dos mais c'était pas l'envie qui lui en manquait- Quand à savoir s'il avait suivit les instruction des médicomage de St Mungo ? Oui parfaitement à la lettre si on exceptait les repas qu'il se refusait à prendre -de toute façon il n'avait rien ou presque dans ses placards-. Il devait porter son atèle tout le temps, excepté lorsqu'il était dans son lit. Il l'avait fait. Après, sans doute que les médicomage n'avait pas prévu qu'il resterait allonger non stop depuis qu'il était rentrer dans son appartement mais ça, c'était pas son problème.

Une fois que Seiki eut finit d'appliquer ses onguents sous une grimace contrite de l'Auror et est remis l'atèle en place, il lui avait transmis ses instructions strictes sur un ton qui ne plus pas des masses à se dernier même s'il ne broncha pas. Mais son regard en disait bien assez pour lui. Il ferait ce qu'il avait envie et il en avait rien à foutre de ce que lui voulait ou de ses menaces. Et il savait de toute façon ce qu'il avait à faire sans qu'on vienne le border et les instructions des médicomage, il les suivait ne serait-ce que pour qu'on arrête de lui prendre la tête.

"C'est bon, tu le lâche maintenant ?"avait simplement répondu le Londonien une fois les instructions donné, prouvant que le seul but de sa docilité était bien de le voir décarrer le plus rapidement possible.

Mais ce n'était pas encore tout à fait le moment d'être tranquille puisque Matt entra dans la chambre au même instant. L'ex-Poufsouffle jeta un regard dédaigneux au contenu du plateau, la simple vu de la nourriture le dégouttant purement et simplement. Il prit les deux potions donné par le médicomage puisqu'il s'agissait de médicament et il se retrouva avec l'assiette sous le nez. Sa première réaction avait été un léger recul, refusant catégoriquement de laisser quoi que se soit en dehors de l'eau passer ses lèvres mais la réflexion de Seiki lui tira un soupir contrarié. Ils allait le faire chier jusqu'au bout, p'tain mais ils étaient lourd à force. Il s'obligea donc a avaler un peu de son plat, les premières bouchée étant clairement plus difficile que les suivante même si il ne sut pas pourquoi, mais fut loin de finir ce que Matt avait préparé.

Quoi qu'il en soit, il faudrait que ses deux là s'en contente parce que, quand l'Anglais repoussa son assiette au bout de quelques trop longues minutes à son goût, il aurait été impossible de lui faire manger plus. Et que Seiki en prenne son partit : se n'était pas qu'il le menace de laisser un inconnu le tripoter qui allait à se niveau changer quelque chose. Parce qu'il était quand même sympa avec eux, mais avec l'autre ça risquait d'être une autre paire de manche.

"Te presse pas surtout."avait lâché un peu méchamment l'Auror sur la dernière remarque du violoniste l'avertissant qu'il repasserait plus tard. Kaïn c'était finalement rallongé, tournant volontairement le dos à ses deux amis, et avait lancer une dernière remarque un peu acerbe au second Anglais pour la route.

"Et toi Matt je te retiens..."

Puis ce fut le silence. Hors de question qu'il leur parle davantage et tout dans sa gestuelle était très claire. La confrontation avec le médicomage avait ravivé sa colère et mis un peu en berne sa tristesse, tout du moins pour quelques minutes ce qui en cet instant n'était sans doute pas le plus positif pour leurs amitié à tous les trois. Il n'avait pas l'intention de bouger de là et de parler à Matt -ou qui que se soit- pour le moment et s'il croyait qu'il allait avoir le plaisir de le voir avant que Sei repasse cette porte, il se trompait lourdement.


Je suis d'ici et d'ailleurs. C'est confus ? Si tu es charmante je pourrais te l'expliquer en tête à tête
~
Membre Soporifique du
Revenir en haut Aller en bas
Seiki Tsuno
Exilé(e) politique

Exilé(e) politique
avatar

Messages : 524

Né(e) le : 11/03/1987
Age : 30

Rang & Club : Baka Ranger noir. Etudiant en médicomagie urgentiste.

Caractéristiques
Compétence: Niveau 8
Particularité: Doudou de Tetsuya
Baguette: Bois de Lierre, nerf de coeur de dragon, 34,3 cm

MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Sam 1 Sep 2012 - 17:16

[Désolé du retard, les potes ! Vacances obligent ^^]


Comme il l'avait dit, à Matt comme à Kaïn, Seiki revint le soir venu à l'appartement, mais en milieu de soirée, sur les coups de neuf heures et demi, sa garde achevée tardivement et sa visite journalière à Dray effectuée, et donc une discussion approfondie, rituel obligatoire avant qu'il ne quitte l'hosto pour la nuit. Mais malgré son travail, l'Eurasien avait eu du temps pour repenser à ce qui s'était passé lors de sa première visite. Or, il ne fallait pas s'y tromper, il n'avait pas apprécié de devoir faire le forcing auprès de son ami et de se voir attribuer le rôle du "méchant" si l'on put dire. Il en avait bien assez avec l'Américain, en porteur de perpétuelles mauvaises nouvelles et responsable en tant que médicomage et décideur légal... Mais il fallait faire ce qui devait être fait et il comprenait que Matt, dépassé parce que trop proche de l'auror et pondéré de caractère, ne sut pas comment s'imposer, l'ait appelé à la rescousse et se repose sur lui.

Le comportement même de Kaïn, lui aussi, il pouvait en appréhender les raisons. Aussi, ses attaques pendant sa courte présence, il n'en avait pas fait grand cas, loin de là et s'était bien gardé de relancer cette pseudo dispute en y répondant. Il avait réussi à s'imposer, aucun autre mot n'était donc utile et Si Kaïn l'avait laissé faire pour se débarrasser de lui plus rapidement et bien soit ! Tant qu'il faisait son boulot, la manière d'y parvenir et les raisons de son succès lui étaient complètement indifférentes. Et Darknight aurait beau râler et en l'occurrence enrager, il l'aurait sur le dos trois fois par jour, jusqu'à ce qu'il juge que son épaule soit complètement rétablie et sa santé physique acceptable, c'est à dire bonne.

Pour sa santé psychologique par contre, il n'y avait pas grand chose à faire à part attendre, il le savait bien, pour être passé par là, dans deux contextes, l'un très personnel (la mort de son frère), l'autre plus professionnel et le touchant de moins près (ce fameux mois d'août de l'an passé.). Dans le premier cas, il avait mis plusieurs mois pour surmonter l'épreuve, dans le deuxième, une petite semaine. Et il était ce qu'il était et avait le caractère qu'on lui connaissait. Alors on pouvait accorder à Kaïn, vu la situation, une marge de manœuvre intermédiaire. Un bon quinze jours trois semaines était à envisager à son humble avis... Mais il fallait en effet, qu'on lui foute la paix et il espérait que Matt ait respecté la consigne qu'il lui avait dit avant de partir. Rester présent certes, mais invisible le plus possible pour le moment.

Perdu dans ses pensées, il atteint l'appartement du Londonien plus rapidement qu'il ne l'avait prévu. Alors à la porte, il se laissa quelques minutes de battements avant de frapper. Vu ce qui s'était passé plus tôt, il se doutait bien que ce ne serait pas très différent et qu'il faudrait encore une fois lutter et donc se la jouer docteur terrible. Il soupira un grand coup. Quel été de merde...Entre Dray dans le coma pendant trois semaines, réveillé paralysé et encore fragile, et maintenant ça, il allait falloir encore redoubler d'efforts pour que tout le monde s'en sorte sans trop de casse. Il pensait en particulier à l'auror, bien évidemment, mais aussi à ses menaces à l'encontre de Matt. Que Kaïn lui en veuille à lui de s'en être mêlé au point de mettre fin à leur amitié, il pouvait le supporter. Ça serait une conclusion fort déplaisante mais il en prendrait son parti.

Mais pour le cas du compositeur, ce ne serait pas la même musique. Il considérait Kaïn comme un frère au même titre que lui considérait Dray et Tetsu ainsi. Et si vraiment, ça devait en arriver à ce point, il n'était pas sûr que Matt le supporte bien et le problème, connaissant le caractère conciliant et doux de son ami, c'était qu'il laisse faire et qu'il y avait peu de chance qu'il s'exprime sur ce sujet et ce qu'il ressentait. Comme chacun d'entre eux et peut-être plus encore, le rouquin, plus effacé qu'eux, était du genre à garder ses problèmes et ses peines pour lui. Ça n'atteignait pas le niveau de Dray, -lui c'était pathologique-, mais c'était à surveiller, et sans doute qu'il faudrait faire en sorte que ça n'arrive pas à de telles extrémités. D'où son idée de garder pour le moment Matt à une distance raisonnable, le temps que Kaïn se calme et prenne conscience de lui-même du bien-fondé de sa démarche.

Il se décida sur ce, à frapper. Et Matt lui ouvrit. En entrant dans le studio, bien sûr, il vint aux nouvelles. A sa façon, cela va sans dire.

"Alors ?"

A comprendre, où on en est depuis ce midi ? Il jeta un coup d’œil autour de lui. Matt avait nettoyé l'appart de fond en comble. Bien. C'était déjà ça de moins à gérer par la suite. N'y voyez pas un simple détail sans importance. Un lieu sain était essentiel dans leur situation et Kaïn n'habitant pas souvent là, missions obligent, cela n'avait pas dû être du luxe d'assainir un peu l'air. Les vêtements en lambeaux avaient disparu. Deuxième bon point.

"Je vois que tu as fait ce que je t'ai dit." remarqua finalement Sei en voyant sur la table basse le carnet de notes de son ami ouvert et largement griffonnés, sa plume négligemment posée dessus, signe que c'était tout récent et que par conséquent, le jeune homme n'avait pas dû quitter le canapé de la journée après avoir jouer à la fée du logis.

"On va préparer le plateau de son repas tout de suite. Je vais entrer seul. Il vaut mieux que je sois le seul à affronter la tempête pour le moment." expliqua-t-il alors à son ami en se dirigeant avec autorité vers la cuisine. Il ne fallut pas longtemps aux deux garçons pour mettre en place le repas aussi frugal que le précédent, puisqu'ils se contentèrent de soupe, de rôti froid et de pain. Et cette fois, l'étudiant en médicomagie avait préparé ses potions d'avance, usant du même stratagème qu'au déjeuner.

Mais ils en profitèrent pour discuter un peu entre eux et Matt, comme tous les jours, demanda des nouvelles de Dray évidemment. Seiki se rembrunit un instant en posant le gobelet de potion décontractante sur le plateau.

"Pas de changements. Il ne sent toujours rien. Et de ce fait, il déprime sévère et rend dingue les infirmières. Pour être franc, je suis à court d'idées. Et il a lu le journal, il sait pour Kaïn. Il est inquiet... Il n'est pas le seul. Alors j'en ai aussi touché deux mots à Tetsu et Mokuren. Ils comprennent qu'il faut pour l'instant jouer en comité restreint."

Sans plus un mot, apprenant de ses leçons, il saupoudra le repas d'un complément alimentaire en poudre pour contrebalancer le peu de nourriture que Kaïn allait daigner avaler malgré l'astuce de la potion appétente et prit le plateau pour se rendre jusqu'à la chambre. Matt frappa pour lui pour signaler leur venue, mais Seiki lui fit signe d'ouvrir la porte sans plus attendre et de refermer derrière lui, laissant le batteur dans le salon comme convenu.

L'obscurité de la chambre lui fut déplaisante. Certes, c'était normal au vu des circonstances que Kaïn veuille jouer les vampires. Mais il allait falloir faire attention à ce que ça ne dure pas trop longtemps. Les Hommes ont besoin de lumière. Cela jouait et sur le rétablissement des organismes et sur le moral.

Sei posa le plateau sur son lit et la scène du déjeuner se reproduisit quasiment à l'identique. Il exigea en effet avec la même autorité d'examiner son patient, ne lui laissant guère le choix, annonçant comme à son habitude la couleur.

"Allez, montre moi ton épaule et prends ces potions. Si tu me laisses faire, dans un quart d'heure, je suis dehors et tu seras tranquille jusqu'à demain matin. Autant en prendre ton parti."
Revenir en haut Aller en bas
Matt Anderson
Stagiaire de Direction

Stagiaire de Direction
avatar

Messages : 37

Né(e) le : 11/11/1988
Age : 29

Où à Poudlard ? : Dans la salle de musique ou chez les blaireaux !

Rang & Club : Meilleur pote du Dragueur Fou, ex célibataire, et Baka Ranger rouge.

Caractéristiques
Compétence: Niveau 7
Particularité: Ami du virus
Baguette: 31,1 cm,bois de houx, aile de lutin de cornouaille

MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Sam 1 Sep 2012 - 18:23

Matt ne pouvait qu'être d'accord avec Seiki. C'était vraiment un été pourri. Et si Sei, occupé par son travail n'avait pas trop vu le temps passer, le batteur avait, vu les heures s'égrainer avec une certaine angoisse. Et le raisonnement de l'Eurasien, le Londonien l'eut aussi un peu différent mais aux mêmes conclusions, et lui, eut bien plus de temps pour y réfléchir pleinement malgré le ménage effectué et sa musique.

Il se sentait impuissant et la scène du déjeuner l'avait rendu encore plus inquiet et attristé. Un peu désemparé, il devait bien l'admettre. La menace de Kaïn, alors qu'ils sortaient, avait fait son petit effet. Il avait même courbé l'échine sous le poids de ce qui avait résonné comme une sentence. Et quand l'Auror en arrivait à de telles extrémités, ce n'était pas innocent, ni des paroles en l'air. Il lui en voulait et il allait recevoir un chien de sa chienne, c'était une certitude. Pourtant, Matt avait fait ce qu'il fallait, ça, il en était sûr, alors il ne regrettait pas, non. Mais il craignait les conséquences de sa décision. Il ne voulait pas perdre son ami. Il avait cru avoir perdu Thalie quand elle était partie. Il savait la douleur que ça faisait. Il ne voulait pas revivre ça avec Kaïn. Oh, bien sûr il comprenait sa colère contre lui et il respecterait son choix. Il ne chercherait pas à le retenir, bien sûr. Mais décidément non, il ne voulait vraiment pas que ça en arrive là.

Alors quand Seiki revint, Matt en fut un peu soulagé. Il le tirait de ses pensées moroses et de son inquiétude. Il allait savoir si Kaïn allait mieux. Il aurait des nouvelles auxquelles se raccrocher. Car il avait tenu parole, il n'avait pas cherché à rentrer dans la chambre, ni même à essayer de communiquer d'une quelconque façon avec son aîné. Il était resté là sur ce canapé, patiemment. Il s'était mis une alerte mentale au cas où Kaïn ferait le con. Mais sinon, il était resté à sa place.

Sei, comme toujours, entra dans le vif du sujet. D'abord en un simple mot interrogatif puis en faisant lui-même de visu la constatation des faits. Et l'assistant de direction lui répondit plus tristement qu'il ne l'avait voulu, montrant par là son trouble. De toute façon, il était le plus mauvais comédien de la bande...

"Alors il n'est pas sorti du tout. Et oui, j'ai fait ce que tu m'as dit, j'ai viré les fringues et je suis resté à l'écart. Alors je n'en sais pas plus que ça. Il est vivant, je suppose que c'est déjà ça..."

Le sarcasme lui avait échappé, tout comme son haussement d'épaules fataliste et abattu alors que l'Eurasien semblait scruter les lieux. C'était rare qu'il se laisse ainsi aller à ses sentiments négatifs. Mais restez tout seul dans un silence de mort pendant des heures, votre meilleur ami au fond du trou dans la pièce d'à coté, menacé de le voir casser votre amitié et on verra si à la fin de la journée, vous n'êtes pas déprimé vous aussi...

L'Anglais finit par suivre son ami dans la cuisine alors qu'il lui exposait la suite des opérations. Il grimaça à la mention que Sei serait le seul à rentrer dans la chambre. Mais il comprenait. Sei était un fin stratège alors s'il disait qu'il valait mieux qu'il y aille sans lui, c'était qu'il avait raison. Après tout, vu l'agressivité dont Kaïn avait fini par faire preuve envers eux quelques heures avant, il valait en effet mieux que le médicomage gère le problème. Inutile qu'il envenime les choses par sa seule présence.

Ils préparèrent pourtant à deux le repas. Et cette occupation eut le mérite de lui faire se sentir au moins un instant utile. Et il put discuter un peu avec Seiki, même si l'échange n'avait rien de joyeux.

"Comment va Dray aujourd'hui ?"

Il se doutait de la réponse. Elle était la même depuis des jours. Mais la question était aussi nécessaire que tout le reste. Matt sourit tristement en voyant Sei se rembrunir aussi ouvertement devant lui. C'était autant un signe de confiance, il le savait, que celui que le médicomage, malgré les airs qu'il se donnait, avait lui aussi ses baisses de moral, lui qui était en charge de ce problème-là tout particulièrement. Et alors qu'il lui annonçait qu'il ne savait plus quoi faire pour aider l'Américain, Matt posa simplement sa main sur l'épaule de son ami, en signe de réconfort. Il savait qu'il n'en fallait pas plus, Seiki n'était pas du genre à se laisser aller davantage... Et il se sentit coupable, de lui avoir ajouté sur les épaules celui de Kaïn, même si les deux amis en convenaient, cela avait été le choix le plus judicieux.

Et puis l'Eurasien fit référence aux deux Japonais de leur bande et l'Anglais acquiesça du chef, en expliquant sa propre conversation avec la dernière de la bande, visiblement ennuyé. Et pour cause...

"J'ai eu un appel de Thalie, tout à l'heure. Elle aussi a lu la gazette. Je lui ai dit qu'il était inutile, voire déconseillé de venir. Mais tu la connais. Tu peux être certain qu'elle sera là demain matin..."

Bah au moins, il ne serait plus tout seul à attendre que le vent tourne. Matt regarda, morose, Sei mettre la touche finale au plateau repas et sortit à sa suite sans rien ajouter. Bien sûr, l'étudiant ayant les mains pleines, ce fut lui qui frappa à la porte, et sans chercher à discuter, il obéit aux indications muettes de ce dernier. Il ouvrit la porte, laissa Seiki entrer et referma aussi sec. Puis, n'ayant rien d'autre à faire qu'à attendre, il alla s'asseoir sur l'accoudoir du canapé, priant Merlin pour qu'il ait une amélioration.


Tu entends ce rythme endiablé là ? Ça, ça fait danser les Ratz ! ^____^'

Membre forcé par M. Smith (mais pas trop quand même ! :p) du
Revenir en haut Aller en bas
Kaïn Darknight
Auror [Pôle Protection] &
Président du Club de Journalisme
Auror [Pôle Protection] &Président du Club de Journalisme
avatar

Messages : 487

Né(e) le : 31/08/1988
Age : 29

Où à Poudlard ? : Tourne la tête ma belle, je suis là...

Rang & Club : Auror Pôle Protection, Super Blaireau en titre, Président du FLPM, du club de Journalisme & Baka Ranger Jaune !

Caractéristiques
Compétence: Niveau 8
Particularité: Drageur Fou
Baguette: 31 cm, bois de Houx et crin de Licorne

MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Lun 17 Sep 2012 - 18:13

[Et un premiers mess ici Wink *doit répondre au Baka avant de le faire avec Fab', la moindre des choses ^^ ]

Une fois que Sei était enfin sortit de la chambre avec Matt, un long soupir lourd de sens avait passer les lèvres du Londonien. Ça ne faisait que peu de temps finalement que son ami était venu, puisqu'on était qu'en tout début d’après-midi et il en avait déjà marre. Bien sur, quelque part, il était bien conscient que si le Baka Red était là c'était uniquement parce qu'il s'inquiétait pour lui, qu'il avait envie de l'aider, mais il se refusait à y penser pour le moment. Se laissant une nouvelle fois aller sur le dos pour reprendre l'observation d'un plafond qu'il ne voyait pas, il entendit la porte de son appartement se refermer, preuve que Sei était repartit. Et étrangement, même si c'était ce qu'il voulait, une étrange sensation l'avait prit à la gorge et il avait sentit les larmes faire une nouvelles fois leur apparition sans qu'il ne puisse les retenir.

Et si les larmes jusque là l'avait soulager, cette fois ce fut différent. Se recroquevillant finalement une nouvelle fois même s'il ne pouvait plus le faire aussi bien qu'avant la venue de l'Eurasien et son atèle contraignante et, une fois de plus, c'était cacher sous les draps. Il ne voulait plus penser à rien, faire le vide et tout oublier. Il n'avait pas fallut longtemps cette fois non plus pour que la colère s'évanouisse à vrai dire, comme si la solitude annihilait tout le reste, et ne restait plus alors que la déprime. Ho, que Matt se rassure sur ce coup, il n'avait pas l'intention de se faire du mal ou quoi que se soit mais de là à aller mieux ça, c'était loin d'être a l'ordre du jour...

Il avait finit par s'endormir péniblement, la tête lourde et les yeux brûlant, au bout de quelques heures. Mais ses rêves n'était pas le meilleurs des remèdes à son état loin de là. Sans cesse, il revit les même images, il sentit cette force le projeter en arrière, cette douleur atroce et lancinante quand le verre avait déchirer son épaule et celle pire encore quand il avait finalement compris ce qu'il s'était passé... Il avait revu la peur dans ses yeux sans vie, le reproche aussi qu'elle ne pouvait formuler mais qui pour lui était si criant. Il avait sentit cette impuissance quand on l'avait brutalement arraché à son corps encore chaud, pour son bien... pour qu'il aille à l’hôpital... alors qu'il n'aspirait qu'à la serrer encore, comme pour refuser d'accepter.

Et il c'était finalement réveillé en sursaut, haletant et c'était finalement assit dans son lit. Son bras valide enroulant ses jambe replier contre son bras immobilisé, son front posé sur les genoux et son regard ombrageux grand ouvert, il avait prit quelques minutes pour se calmer, la fine lumière qui filtrait sous la porte et celle presque inexistante à travers les volets le renseigna sur le fait que le soleil devait être en train de se coucher... et finalement avait entendu des voix étouffés dans la pièce adjacente... Sei devait être revenu... on devait être le soir... pff quelle importance... au contraire, l’obscurité ne ferait au moins pas empirer son mal de tête, inévitable en ces circonstances.

Et, bien qu'il ait entendu que l'on frappait à la porte de sa chambre, le Médicomage avait pu trouver l'Auror dans cette position puisque se dernier n'avait pas daigner faire le moindre geste. L'espace de quelques secondes, il se sentait bien comme ça. Le flot de son sang pulsant à ses tempes pour lui vriller le crane avait quelque chose de réconfortant. Illogique, il le reconnaissait, mais au moins il ne pensait pas. Mais la voix exigeante de Seiki cassa cette fragile alchimie et c'est finalement un grognement étouffé qui lui avait répondu. Ce qu'il signifiait ? "Casse-toi." sans le moindre doute. Et il avait resserrer un peu plus son bras contre lui en même temps que le son passait ses lèvres. Il semblait que se soir, il ne soit pas plus conciliant que le midi, voir même que son humeur avait décliné.

"Non."

Le ton était épuisé, mais pourtant catégorique. Là, à cet instant précis, il ne voulait pas qu'on le touche et n'était pas près de céder. Il déraillait peut-être complet, sûrement même, mais il avait besoin de s'opposer à quelque chose. Tant pis pour Sei, ça tombait sur lui (en même temps il était son seul visiteur alors il y avait 100% de chance que se soit pour sa pomme).

"Laisse les potions et va t'occuper de quelqu'un qu'a vraiment besoin de toi, comme Dray ou un de tes patients... ou mieux : embarque Matt, rejoint Tetsu à Poudlard et oubli moi..."

Il n'avait même pas prit la peine de relever les yeux vers le brun, il savait d'avance que ça le lui plairait pas et qu'en prime il s'engageait sur un terrain désagréable et glissant, mais il en avait marre que tout le monde prenne les décisions à sa place. Son rêve, encore trop présent, lui avait fait voir comme il ne maîtrisait plus rien depuis vendredi et il détestait ça. Serrant les lèvres à s'en faire mal quelques seconde, il s'attaquait donc à la chose le plus palpable en cette seconde : son propre corps. Et il était bien hors de qu'il avale quoi que se soit -ou à la limite les potions comme il l'avait plus ou moins laisser entendre- ou qu'il se laisse approcher facilement cette fois. Et même s'il n'était pas en état de vraiment résister contre le Médicomage, ce n'est pas pour ça qu'il n'allait pas essayer.

D'ailleurs, dans un geste lent il avait finalement laisser son bras valide desserrer son étreinte et se poser sur le bord du lit, à quelques centimètre de la table de nuit, alors qu'il n'avait pas changer de position. Enfin, à part ce geste et la légère crispation de son corps aussi mais qui devait probablement être peu visible dans la pénombre de la chambre. Mais il se préparait. Et si Sei tentait de s'approcher ou de faire quoi que se soit... il faudrait qu'il soit rapide alors : parce que lui n'hésiterait pas à lui balancer le premier truc lui tombant sous la main...

[Il est pas conciliant du tout désolé... ^^" Tu peux évidemment y faire ce qui t'arrange pour le calmer hein, hésite pas *mais je le voyais pas rester tout calme* Promis, prochain coup on fera une jolie ellipse pour qu'il en vienne à de meilleurs sentiments :p *avait envie de jouer un truc différent pour une fois*]


Je suis d'ici et d'ailleurs. C'est confus ? Si tu es charmante je pourrais te l'expliquer en tête à tête
~
Membre Soporifique du
Revenir en haut Aller en bas
Seiki Tsuno
Exilé(e) politique

Exilé(e) politique
avatar

Messages : 524

Né(e) le : 11/03/1987
Age : 30

Rang & Club : Baka Ranger noir. Etudiant en médicomagie urgentiste.

Caractéristiques
Compétence: Niveau 8
Particularité: Doudou de Tetsuya
Baguette: Bois de Lierre, nerf de coeur de dragon, 34,3 cm

MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Dim 30 Sep 2012 - 14:13

Sei s'était plus ou moins attendu à un accueil de ce genre. Il en déduit ce qu'il fallait. Kaïn s'enfonçait dans la déprime. Quoi qu'à ce stade, on pouvait même parler de dépression sans trop de risques. Ça pouvait aller vite ces choses-là. Malheureusement, ça, ce n'était pas sa partie. Loin de là. Il était plutôt du genre à vouloir mettre à ses malades un coup de pied au cul pour les réveiller de leur léthargie et leur asséner de se bouger pour s'en sortir, plutôt que de prêter une oreille attentive et compatissante. Dur dur d'aller contre sa nature. Enfin là, quand même on parlait de Kaïn. Ce n'était pas pareil. La colère comme exécutoire à la peine, il connaissait bien. Il l'avait vécu à la mort d'Anjing. Il pouvait donc comprendre un peu ce que ressentait son ami. De là à trouver les mots qu'il fallait... Et fallait-il seulement les trouver ? A quoi cela servirait puisque Kaïn ne voulait rien entendre ? S'il se référait à son propre cas, le seul qui aurait pu avoir eu un rien d'influence n'avait pas été là. Et les autres, ils auraient pu parler tout leur saoul, il n'avait écouté personne et les avait tous promptement envoyé chier sans exception. Personne n'avait réussi à le calmer. Il fallait que ça sorte d'une manière ou d'une autre et comme il n'était pas du genre à être un dépressif léthargique et plaintif justement, il avait été une vraie terreur. Question de caractère, Kaïn devait se trouver entre les deux.

Ça ne lui disait pas ce qu'il devait faire.

L'Eurasien n'eut aucune réaction au refus direct de l'Auror. Sa remarque par contre tira de lui un imperceptible froncement de sourcils. Preuve qu'étrangement, il le prit mal. Cela sonna comme un reproche, qu'il comprit comme "tu ne t'occupes pas de tes patients." Dray tout particulièrement puisqu'il avait été nommé directement, mis bien à part par Kaïn. Or, il ne faisait que ça justement de jour son rôle de toubib, depuis des semaines. Et s'il n'en disait rien, et qu'il n'en montrait quasiment pas plus, il était fatigué. S'occuper de son ami demandait une sacrée dose d'énergie et de caractère pour deux raisons principales. Techniquement, son cas était sérieux et incertain, il demandait beaucoup d'investissement. Et humainement, l'Américain était un patient qui portait franchement mal ce qualificatif. Il était difficile et rétif, et ne lui facilitait pas les choses en l'obligeant à faire le tampon entre lui et les différents membres de l'équipe, moins flegmatique que son illustre personne. Enfin, heureusement qu'il n'était pas seul à gérer son cas, soutenu par son mentor, parce qu'il n'aurait sans doute pas tenu aussi bien la distance. Il ne fallait en effet pas oublier, et Kaïn l'avait d'ailleurs parfaitement illustré, qu'à la base, il était urgentiste et qu'il avait une grosse vingtaine de patients à gérer par service, quand c'était calme. Sans compter ses examens de fin d'année et sa soutenance de première année de master à présenter d'ici peu.

Sei observa Kaïn se replier physiquement sur lui-même, et visiblement se mettre en position de défense s'il tentait quoi que ce soit. Mais il ne montra rien de l'agacement qu'avait fait naître cette constatation et lui, répondit pendant ce temps :

"Laisse Dray où il est, j'ai bien assez à faire avec lui depuis plus d'un mois, je te remercie. J'ai besoin d'une pause."

Voilà en substance exprimé froidement son propre mal-être par rapport à ça. Notez que s'il considérait sarcastiquement que s'occuper de Kaïn en l'état actuel des choses était une pause, cela illustrait plutôt bien ses difficultés et il avait une drôle de notion de ce que devait être le repos. Cependant l'Eurasien finit toutefois de contre-argumenter avec son imperturbabilité habituelle :

"Tu vas mal, tu es blessé, tu es donc un patient, que tu le veuilles ou pas. Matt fait ce qu'il veut. Et s'il tient à rester dans les parages, ce n'est pas moi qui irai le virer. Je comprends son choix et de toute façon, comme tu l'as toi-même signaler, j'ai bien assez à faire sans m'encombrer de ce boulot. Quant à Tetsuya, tu ne le mêles pas à ça !"

Là, Seiki avait appuyé le ton. C'était un ordre formel, ni plus ni moins. Il ne tolérerait pas que son compagnon serve d'attaque ou simplement d'argument pour justifier le comportement de l'auror ou ses propres décisions.

"Et que ce soit clair, j'ai assez de soucis en tête depuis quelques semaines pour en plus prendre le risque de voir l'un de nos amis me reprocher même silencieusement de t'avoir tourné le dos."

L'étudiant soupira imperceptiblement en voyant Kaïn autant sur la défensive. Il n'avait pas beaucoup de solutions à portée. Ou il partait, ou il s'imposait par la force ou la magie, ou il tentait la voie du dialogue. La première allait contre tous ses principes et ne serait pas sans conséquences, il le prévoyait. La deuxième aurait été son choix direct si l'Auror n'était pas un ami. Il ne se serait pas gêné, sauf que voilà, Darknight en était même un très bon. Dans ces cas-là, il n'y avait qu'en cas d'urgence qu'il se permettait de telles alternatives. Or si l'état de Kaïn n'était pas reluisant, il n'était pas non plus impératif. Et son cadet ne le lui pardonnerait pas, ce qui était une idée qui étrangement, le chiffonnait. A ne sélectionner donc qu'en dernier recours. Restait la troisième qui semblait hautement improbable, diront-nous. Pour ne pas dire impossible. Bref, c'était l'impasse.

"Détends-toi, je ne ferai rien. Avales tes potions devant moi, et je m'en irai. Par contre, tu vas m'écouter." finit toutefois par dire le médicomage, sans esquisser le moindre mouvement, à part celui d'ensorceler l'assiette d'un sort de conservation avant de ranger sa baguette. Apparemment, il s'était décidé. Quand il ne reste qu'une possibilité, aussi improbable qu'elle soit, elle était la solution. L'épaule de l'Auror pouvait bien se passer d'examen pour ce soir, et il avait mis suffisamment de baume le matin pour envisager de sauter cette étape pour cette fois. Toutefois Kaïn n'allait quand même pas apprécier du tout. Mais il fallait bien que quelqu'un lui secoue un peu les puces, sinon il allait avoir du mal à avancer.

"Tu as toutes les raisons d'être en colère. Contre le monde entier, si tu le souhaites. Ce qui est arrivé est dramatique et injuste. Elle n'aurait pas dû mourir. Tu ne veux pas de notre aide et tu veux t'apitoyer sur son sort et le tien ? Très bien ! Tu en as parfaitement le droit. Mais ça ne te donne pas celui de t'en prendre à nous. Ceci étant dit, ce qui s'est passé n'est pas de ta faute."

Seiki appuya sur chaque mot de sa dernière phrase comme s'il voulait les enfoncer dans le crâne de son cadet. Il avait l'impression de faire un retour dans le passé, d'un an quasiment jour pour jour.

"Comme ce n'était pas de ta faute pour ton collègue l'an dernier. Mais bien de ceux qui les ont tués. Ce n'est pas à toi de payer à leur place le prix des vies qu'ils ont prises. Je te l'ai déjà dit : même si on attend de nous des miracles de par nos professions, on ne peut pas sauver tout le monde. C'est impossible. On nous demande presque d'être des dieux mais on ne reste que des humains. Il faut que tu l'acceptes, ou ça te tuera plus vite que tes adversaires. On se doit de faire notre maximum, et tu as fait plus que ta part, tu en as été blessé. Personne ne te reproche ce qui s'est passé, sauf toi-même. Et n'oublie pas qu'aussi difficile que cela est et quelque soit le temps que ça prendra, tu as le devoir de te relever et de continuer à avancer. Sinon, cela aura encore moins de sens. Nous, en tout cas, on t'aime alors on ne te laissera pas sombrer, avec ou sans ton accord. Il faut te faire une raison."

Sa voix ferme et implacable, mais qui dissimulait une pointe de tendresse quelque part, finalement, se tut sur ces mots alors que sa main s'était posée sur la poignée de porte, prêt à sortir dès que les gobelets seraient vides comme il l'avait promis, laissant là le repas par on ne sait quel espoir. Kaïn sans doute, n'accepterait pas son discours, mais au moins, il avait été entendu. Et c'était déjà mieux que rien. Il fallait bien commencer quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
Kaïn Darknight
Auror [Pôle Protection] &
Président du Club de Journalisme
Auror [Pôle Protection] &Président du Club de Journalisme
avatar

Messages : 487

Né(e) le : 31/08/1988
Age : 29

Où à Poudlard ? : Tourne la tête ma belle, je suis là...

Rang & Club : Auror Pôle Protection, Super Blaireau en titre, Président du FLPM, du club de Journalisme & Baka Ranger Jaune !

Caractéristiques
Compétence: Niveau 8
Particularité: Drageur Fou
Baguette: 31 cm, bois de Houx et crin de Licorne

MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   Sam 24 Nov 2012 - 18:57

[Bon... je veux pas dire, mais il se passe il y a plus d'un an ce topic et même si je suis très content de jouer avec S-kun et toi Matt, j'pense qu'il serait pas plus mal que je fasse une petite ellipse non ? Au moins pour dire qu'il va mieux xD *a bien kiffé l'exercice mais Kaïn version dépressif j'ai vraiment du mal à le jouer ^^'' * ]

Oui Kaïn s'enfonçait c'était un fait, et il était clair que ça n'allait pas aller mieux de si tôt. Assit sur son lit, dans la pénombre, les yeux rivés sur ses genoux, il cogitait grave en fait notre Auror. En même temps, après ce qu'il c'était passé, il ne faisait plus que ça, dormir et se torturer. Et la venue de Sei n'avait pas amélioré son humeur. Non, ce soir, il ne voulait rien, il ne voulait pas qu'on le touche, qu'on le contraigne à faire quoi que ce soit. Il voulait qu'on le laisse seul et qu'on l’oubli enfin pour de bon. Mais bien sur, aucun de ses amis ne pensait une seule seconde à lui accorder ce souhait. Parce qu'il ne fallait pas, parce que c'était pas bien, parce qu'entre pote on se soutient et tout ce ramassis de conneries dont il n'avait absolument pas besoin pour le moment. Bien sur, plus tard, quand il reprendrait le dessus, il serait content de les voir et de les savoir le soutenir mais avant cela ce qu'il avait vraiment besoin c'était qu'on lui foute la paix.

Aussi, il avait attaqué, comme un animal acculé dans un coin et qui n'a plus d'autre choix pour pouvoir fuir. Et puisque c'était Seiki, il avait mis Dray et ses patients dans la balance... et Tetsu aussi... Ce qu'il avait voulu dire ? Rien du tout si ce n'est va voir ailleurs si l'herbe est verte. Et ce que l'eurasien en comprenait ? Ce qu'il voulait, c'était pas son problème. A vrai dire, il s'en foutait même royalement à ce moment précis. Ça ou autre chose, tant que le résultat était là. Le froncement de sourcil de son ami, L'Auror ne le vit pas, ou ne voulu pas le voir la différence n'était pas évidente à savoir, mais il n'y ajouta rien du tout, gardant simplement le regard sur lui pour être sur que cette fois au moins il resterait à distance. Surtout qu'on ne s'approche pas... qu'on ne le touche pas... pas lui en tout cas...

"Parfait, prend la ta pause je te retiens pas... la porte est par là."répondit le Londonien, pas prompt à comprendre ce que l'Eurasien venait de lui dire et perméable à toute forme d’approche, quelle qu'elle soit.

Il écouta à nouveau les mots de Sei, froid et implacable, finissant sur un ordre direct, et s'il avait pu voir Kaïn se replier précédemment, cette fois ce fut définitivement plus flagrant encore. La main crispé sur le bord du lit c'était déplacer sur le bord de la table de nuit pour se crisper sur le bois alors que son regard c'était fait clairement plus hostile. Il avait voulu être neutre, et bien il était clair que l'éphèbe ne l'avait pas du tout prit comme ça.

"Quelque soit mon état, je ne suis pas TON patient. J'ai déjà vu des médicomages, tu es loin d'être le seul." Il ne répondit soit pas sur le cas de Matt, il aurait bien assez tôt le temps de se pencher sur son cas, ni même sur Tetsu qui avait été prétexte à le faire partir, mais par contre il ne fut pas aussi silencieux à la suite des mots du brun.

"Des autres, excuse-moi mais là, pour une fois, j'en ai vraiment rien à foutre. Mais si tu préfères avoir ouvertement un ami qui te reproche de s'être mêler de ses affaires contre son avis, bingo, c'est chose faite."

Mais finalement, l'étudiant en médicomagie sembla changer son fusil d'épaule et se montrer un peu conciliant. Kaïn sur le coup, n'avait pas réellement baisser sa garde malgré les mots plus apaisant de celui qui était censé être son ami et avait attendu les acte qui allait avec ses mots. Il se détendrait quand il serait partit, pas avant. Il ne pouvait pas avant... il fallait rester sur ses gardes, il le savait plus que quiconque... Et comme l'avait prévu l'exilé, Kaïn n'était absolument pas près à entendre ses mots. Pas sa faute ? La bonne blague. Bien sur que c'était de sa faute ! Elle avait confiance en lui, elle avait remis sa vie entre ses mains et s'appuyait sur lui pour vivre. Et lui qu'est-ce qu'il avait fait ? Rien du tout. Elle était morte merde, s'il avait fait correctement son taf elle serait toujours là ! Il savait qu'elle était menacer -même s'ils ne savaient pas à ce moment là par qui- c'était à lui de penser à ses éventualités. Il y avait mille autre façon de faire : ne pas choisir cette rue, préférer les transplanages pour les déplacements -même si la jeune femme les maîtrisait mal, mieux valait être malade que morte- éviter au maximum les sorties, modifier l'apparence de la jeune femme... toutes ses choses et plus encore qui n'était autre que de son fait. Il ne l'avait pas tué, c'est vrai, mais il n'avait pas pu l’empêcher, alors que c'était sa première réelle mission (Tamaki était une mission aussi, bien sur, mais protéger quelqu'un qui ne sort jamais de Poudlard et qui n'est pas réellement menacer ce n'était pas pareil)

Cette fois, pourtant, et même si il n'était pas difficile de se rendre compte qu'il rejetait en bloc les mot de son ami, il n'avait pas prit la peine de répondre et, dans une lenteur calculé et un qui-vive palpable il c'était contenter d'avaler les potions. Qu'il parte, il ne désirait que ça c'était un fait.

Ensuite, dans la chambre, le temps sembla se suspendre. Il avait fallut longtemps à Kain cette fois pour que la colère se calme, pour qu'il arrive à se décrisper et qu'une nouvelle fois, les larmes viennent. Il avait fallut plusieurs heure cette fois pour que le sommeil s'invite, toujours aussi agité que le précédent. Il c'était réveillé plusieurs fois, en proie aux cauchemars, avait somnolé un peu aussi, c'était enfoui sous les draps surtout, respirant l'air saturer de son propre souffle aussi longtemps qu'il le put... et quand il c'était finalement redresser, il entendit un instant son estomac crier famine, preuve qu'on devait approcher de midi (voir même plus) mais, plutôt que de toucher au plat qui trônait encore sur la table plus loin, il avait simplement avaler quelques gorgée de la bouteille d'eau à portée. Et le rituel avait eu tôt fait de reprendre.

Sei était revenu, bien sur, et il avait fallu cette fois le laisser faire. Ce qui avait poser bien moins de problème que la veille c'était un fait. Étrangement, Kaïn n'avait pas eu la force de se battre ce midi là, mais n'avait plus vraiment été loquasse. A vrai dire, il n'avait pas même décocher trois mot au médicomage ce qui n'était pas forcément plus rassurant. Enfin, au moins il était un peu plus docile. Et le soir ne fut pas très différents. L'Auror ne parlant que si on lui posait plusieurs fois la même question, supportant à peine qu'on le touche et ne laissant que Sei le faire pour ses examens, comme s'il c'était résigné à se sacrifice. C'était peut-être pour ça que finalement il c'était décider à faire appel à quelqu'un d'autre le Mardi... après deux jours de leur présence ou rien ne marchait, Kaïn avait clairement besoin d'autre chose... et ils avait finit par trouver quoi en la personne de Joan.

L'Auror ne savait pas qui avait eu l'idée à la base, et ce doutait que c'était soit Matt soit Thalie (ou les deux ?) qui s'étaient dévoués pour aller la chercher -personne d'autre ne la connaissait en même temps et elle aurait peut-être été réticente à suivre d'autre sorciers, même si elle se faisait de mieux en mieux à se monde avec le temps-. Mais quand il l'avait vu pousser la porte de la chambre, quand elle était venue s’asseoir sur le bord de son lit, il n'avait cette fois pas résister le moins du monde à son approche bien au contraire même puisqu'il c'était lover naturellement dans ses bras, comme un petit garçon. Il n'avait pas dit grand chose au début, si ce n'est un "J'ai pas réussit Maman..." et avait simplement laisser ses larmes parler pour lui. Il n'avait rien besoin de dire de toute façon, elle savait...

Ce qui se passa d'autre dans cette chambre, nul besoin de le conter, laissons cela au secret de la famille Draknight mais quand, finalement, après plusieurs heures elle était ressortit de la chambre elle n'avait pas été la seule à suivre se chemin et cette fois, ce n'était pas pour s'enfermer dans la salle de bain. Pour aller bien, il lui faudrait encore du temps, c'était un fait, mais au moins il allait mieux et le plus dur semblait derrière même s'il faudrait probablement le surveiller encore pendant un moment...

[*a pas relu, fera ça demain à pas trop de temps là* Désolé pour l'attente les copains ^^''' ]


Je suis d'ici et d'ailleurs. C'est confus ? Si tu es charmante je pourrais te l'expliquer en tête à tête
~
Membre Soporifique du
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un petit appartement dans le Londres Sorcier.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un petit appartement dans le Londres Sorcier.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» On se sent si petit, noyé dans l'Univers.
» Un petit jardin? [PV Aly]
» Le carton du petit chat mignon
» Recherche de petit boulot à Pré-Au-Lard.
» Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Collège Poudlard :: Le Reste du Monde :: Londres-
Sauter vers: