Le Collège Poudlard

Venez parfaire votre éducation magique dans notre illustre collège !


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le cimetière de Highgate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jake Sparrow
Fantôme

Fantôme
avatar

Messages : 17

Né(e) le : 01/05/1976
Age : 41

Où à Poudlard ? : Hum... Où je veux ! :p

Rang & Club : Esprit chiant... heu... errant !

Caractéristiques
Compétence: Niveau 7
Particularité: Ben... il est mort ! :p
Baguette: N’a puuuu ! Mais a sa guitare et c’est peut-être pire ! :p

MessageSujet: Le cimetière de Highgate   Mer 17 Aoû 2011 - 0:11

Jake Alexander Sparrow.
1 mai 1976 – 7 juillet 2001.



Voilà ce qu'on pouvait lire sur une simple tombe de marbre blanc, fraîchement posée et fleurie. Sur les pierres voisines, de granit gris, qu'on avait laissé à l'abandon et que le lierre avait gagné, trois autres noms étaient gravés.

Ernst Lowell Sparrow.
9 décembre 1942 - 23 août 1994

Heather July Gale Sparrow
18 septembre 1950 - 13 octobre 1978

Keith Logan Sparrow
13 octobre 1978 - 13 octobre 1978

Rien de plus, respectant le souhait de ceux qui y reposaient. Au moins avaient-ils eu la bonne idée de l'enterrer auprès des siens... Et devant ces tombes, un jeune homme, ou plutôt une ombre, debout dans un grand manteau de cuir, fixait à s'en faire mal, la nouvelle stèle, une guitare dans le dos. Il n'y avait de toute façon plus personne pour le voir à présent. A part peut-être le fossoyeur... Les autres étaient partis depuis quelques minutes sécher leurs larmes pour mieux l'oublier définitivement. Après tout, maintenant qu'ils savaient la vérité, ils pourraient sans remords l'enterrer dans un coin de leur mémoire... On appelle ça le deuil... Sans jeu de mots douteux...

Dans le cimetière naturel de Highgate, dans les allées sorcières, cachées au milieu des arbres centenaires, et de la végétation presque sauvage, les derniers visiteurs prenaient le chemin de la sortie, en cette fin d'après-midi. En ce jour de fin d'été, les tombes et les mausolées n'avaient pas accueilli que les curieux. Un enterrement venait de prendre fin. Il aurait presque pu passer inaperçu. Dix ans... On avait oublié ce pour quoi il avait vécu. Cela lui aurait bien convenu à lui. Mais voilà. Si le nom de Sparrow ne disait plus grand chose au commun des mortels, les gros titres avaient rafraîchi les mémoires et surtout la curiosité morbide de tout à chacun.

Le corps horriblement mutilé d'un jeune artiste prometteur retrouvé dix ans après sa disparition dans la forêt d'Ashdown.

Retrouvé par un chien. Comme ça, tout simplement. Après une décennie d'inexistence et d'oubli. Comme quoi la vie, c'était vraiment n'importe quoi... Même mort, le destin était joueur. Les pluies diluviennes de la fin juin, avaient fini par laisser entrevoir ses restes, impeccablement conservés. Elles avaient été jusqu'à le momifier ces folles... Ils avaient alors profané sa tombe. Au nom de la justice. On dit que les esprits ne ressentent plus rien... C'est faux. Une drôle de sensation de malaise l'avait pris. Comme s'il avait été aspiré, appelé irrépressiblement par une force négative et violente. Une sensation de seconde mort. Qui hélas, du fond de son cachot, au fin fond des sous-sol, n'avait duré que quelques secondes...

Il ne comprit pas tout de suite ce qui lui était arrivé. Sir Nicholas et la Dame Blanche tentaient alors pour la énième fois de lui faire entendre raison (Ces lardons n'avaient qu'à pas traîner dans son secteur, s'ils ne voulaient pas avoir d'ennuis ! Et la frousse ne tuait quasiment jamais alors de quoi ils se plaignaient ?) et ils avaient vu son trouble et son image temporairement s'estomper. Le fantôme de Serdaigle eut tôt fait d'éclairer sa lanterne, elle qui savait tout.

Et la presse s'en mêla. On l'avait autopsié, une enquête avait été ouverte et les journaux se délectaient de ce fait divers sanglant. Un meurtre sans rapport avec la guerre qui divisait le pays ! Que demandait de plus le peuple pour se changer les idées ? Il était comblé.

Qui était la victime ? On s'en souciait peu à vrai dire. Tant qu'on pouvait à son plus grand malheur lire les détails les plus morbides, grâce aux fuites inévitables, et se repaître des larmes des proches, ce fameux groupe de rock sorcier, agréable et sans prétention, qui enchaînaient bien souvent les tubes, quelle importance ? Ce groupe qu'il avait fondé et qui, n'ayant rapidement eu plus d'espoir, sortaient régulièrement en sa mémoire des chansons qu'il avait composé et qui dormaient sagement dans ses vieux cahiers, précieusement conservés. Une telle fidélité renforçait le dramatique de l'affaire. Le public adorait et en redemandait...

Et on lui avait offert une sépulture digne de ce nom... Pour ce que ça changeait... Il était toujours là. Pour cette éternité qui lui donnait envie de gerber, immatériel ou pas...

L'enterrement avait été élégant, simple et en petit comité. C'était tout ce qu'il voulait mais cela ne l'apaisait pas. Il y avait été. En retrait et en cachant sa présence, invisible aux yeux de tous. Et vous savez quoi ? C'était étrange d'assister à ses propres funérailles... Toutes les personnes présentes, il s'était attendu à les voir. Sauf une. Un jeune homme adorable. Distingué, aux traits fins et élégants. Des cheveux blonds et des yeux gris, à faire se damner les saints... Et les esprits...

Mais le voir lui avait fait mal. Comme à chaque fois depuis des mois... Il était son ami... Le seul véritable depuis sa mort. Vous savez ce qui était le plus terrible pour quelqu'un de sa condition ? Être amoureux d'un vivant. Il n'y avait pas de pire torture. Les esprits n'avaient plus d'émotions, hein ? Ou juste des relents de leur vivant ? C'était de la putain de connerie ! Des émotions, lui n'avait plus que ça. Cet amour, de la colère et du désespoir. Il n'avait plus que ça et des insupportables regrets. Il n'aurait jamais dû revenir...

Même la musique, sa tendre amie, l'avait abandonné. Il s'en était aperçu, quelques semaines de cela, alors que de bonnes âmes disséquaient son cadavre. Il pensait jouer l'une de ces balades mélancoliques qui sciaient si bien à sa détresse. Et de s'essuyer une remarque acide de la part d'un groupe d'élèves passant par là.

"Raaah, Jake, arrête, c'est pire qu'une scie musicale accompagnée d'une fraise de dentiste ! "

La chute fut rude. Et il aurait bien voulu étrangler le Moine Gras s'il n'était pas déjà mort, cet imbécile heureux !

"Mais mon pauvre ami, vous jouez très bien pour nous ! Et remerciez Dieu qu'il vous ait permis de garder une ouie de vivant aussi longtemps."

Personne ne pouvait comprendre que sans musique, il n'était plus rien ?! Cette musique qui l'avait fait vibrer et vivre !

Il n'avait plus touché à sa Fender que pour leur faire regretter sa présence, odieux, cruel et méchamment. Sa nouvelle réputation, déjà bien entamée, avait fait le tour de Poudlard et d'ailleurs, puisqu'il ne se contentait pas de foutre le bordel au collège. Il se vengeait de sa condition sur les vivants. C'était bas. Mais il prenait un plaisir sadique à la manœuvre.

Il voulait vivre ! Ou mourir encore ! Mieux, simplement disparaître ! Il se foutait de ce qu'il y avait après ! Qu'on lui offre le néant !

D'un geste de rage infinie, Jake tenta de balayer d'un revers de la main les couronnes mortuaires qui ornaient sa tombe. Évidemment, ses doigts passèrent au travers et aucune ne bougea, ce qui eut pour effet de décupler sa fureur et son chagrin. Il eut alors un geste inconcevable pour quiconque le connaissait un peu. Il balança littéralement sa Fender sur la pierre, comme pour la mettre en pièces avant de s'effondrer en sanglots. Ça aussi, il avait fini par le découvrir. Les fantômes pouvaient encore pleurer...


(Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour ! Mouah ah ah !

Reserved ! ^^)



L'unique droit qui reste à un homme n'est-il pas de crever comme il le veut ? Dans ce cas, nous en sommes tous spoliés...

-----------------------------------------

Je les entends rire comme je râle
Je les vois danser comme je succombe
Je ne pensais pas qu'on puisse autant s'amuser autour d'une tombe...

Francis Cabrel. Corrida
Revenir en haut Aller en bas
Dray Mallory
Sorcier(e)

Sorcier(e)
avatar

Messages : 44

Né(e) le : 19/03/1989
Age : 28

Où à Poudlard ? : Dans mon appartement à réviser ou au travail... probablement...

Rang & Club : Elève en cours du soir à l'académie de justice Magique et Secretaire pour un Cabinet d'Avocat de Glengariff

Caractéristiques
Compétence: Niveau 7
Particularité: A la recherche de son père
Baguette: Bois d’Ajonc, cheveu de vélane, 27 cm

MessageSujet: Re: Le cimetière de Highgate   Mer 17 Aoû 2011 - 20:13

[ ^_______^ Depuis le temps que j'attendais de pouvoir rejouer avec toi... juste se parler dans les lettres, c'était moins amusant... *d'ailleurs, faut que je poste la suite moi lol* ]

"Je ne viendrais pas travailler vendredi prochain..."

Voilà tout ce qu'avait dit le jeune homme au cheveux blond après avoir déposé la gazette du sorcier, qu'il venait de lire, sur le bureau de son chef ce matin là. Ce n'était pas une demande, Lysander le sentit bien au ton employé, et cela surprit un peu le quinquagénaire on pouvait le dire. Son jeune employé, maintenant dans le cabinet d'avocat en temps que secrétaire depuis un peu plus de trois ans, n'avait jamais raté un seul jour, même quand il était malade... pour dire. Il jeta un coup d'oeil au journal qu'il venait de lire quelques minutes plus tôt, comme tous les jours, et vit en première une annonce sur les funérailles d'un chanteur disparu depuis dix ans et dont on leur rabattait les oreilles depuis quasiment deux mois maintenant.

"
Tu veux y aller ?..."demanda-t-il une nouvelle fois ouvertement surprit : ça n'était pas non plus son genre de trainer dans les cimetières, à l'affut de ce genre d'histoire.

"
Tu le connaissais?"

"
Si on veux..."

La réponse avait été clairement évasive alors qu'il se penchait à nouveau sur les notes des courriers officiels qu'il devait rédiger pour une affaire en cours. Il ne voulait pas en parler, c'était limpide, et le chef de cabinet n'insista pas. Dray était un garçon adorable quand on le connaissait, sympathique et travailleur, mais il avait vite compris qu'il y avait des choses qu'il valait mieux éviter. Il se passerait juste de son employer ce jour là...

C'est pour ça que ce matin, il n'était pas aller au cabinet notre ex-serpentard, il avait mieux à faire... Habillé d'une chemise légère noire et d'un pantalon de costume de la même couleur, de circonstance mais mettant plus encore en valeur la blondeur de ses cheveux et la couleur laiteuse de sa peau, il c'était rendu à Londres ou la cérémonie devait avoir lieu, transplanant dans le plus proche quartier sorcier de Highgate. Tous les détails avaient paru dans la presse, pour assouvir la curiosité morbide des sorciers... cette curiosité qu'il avait du mal à comprendre. Enfin, ça avait au moins eut ça de bon : ça l'avait prévenu, lui qu'aucun proche de Jake ne connaissait... Il c'était donc rendu un peu avant l'heure au cimetière. C'était étrange pour lui d'ailleurs. Son ami, il ne l'avait connu que mort et parce qu'il avait voulu faire un crochet par son ancienne école, il n'avait aucune idée très précise de ce qu'il était de son vivant, pas non plus vraiment d'idée sur son cercle d'ami autre que ce qu'il lui avait raconté bien sûr... Et puis, il se voyait mal devoir leur parler ou répondre à leurs questions... 'Comment l'avez-vous connu ?' 'j'ai croisé son fantôme à Poudlard quand j'étais élève'... ça le faisait moyen. Surtout qu'il savait bien qu'ils n'étaient pas au courant.

Il était donc resté en retrait, observant la cérémonie. Il avait vu les autres membres du groupe, les proches pleurer au prêt de la tombe ou l'on avait bien vite ensevelit le cercueil. Les enterrements avaient toujours un je ne sais quoi de triste qui n'avait jamais laisser le jeune homme au regard de glace insensible, mais il n'y avait rien de vraiment triste pour lui dans ce dernier hommage. Il devait être là, simplement. Le blond avait finalement suivit le cortège quand l'enterrement avait prit fin. Il n'avait pas l'intention d'attirer l'attention sur lui, ce serait mal venu, mais il n'avait pas pour autant quitté le cimetière. Il avait juste attendu que la foule se dissipe pour retourner sur la sépulture. Parce qu'il n'avait pas le même rapport à cette tombe que les autres, il avait sentit le besoin de s'y retrouver seul.

Ce qu'il n'avait pas foncièrement prévu dans l'équation, c'est que celui qui venait d'être mis en bière se trouvait à regarder sa propre stèle. Il avait alors hésité : devait-il s'approcher et interrompre se moment qui devait être encore plus étrange pour lui ou bien respecter le deuil de se corps qu'il ne pourrait plus jamais rejoindre ? C'était délicat comme position et même si Dray avait envie d'être, s'il le pouvait, un soutien pour son meilleur ami, aussi étrange que cela puisse paraître, il n'était pas sur que c'était ce dont l'esprit avait besoin.

Mais alors qu'il se posait des questions sur la marche à suivre, le jeune homme perçu une émotion à laquelle il ne s'attendait pas : la colère. Et le mouvement rageur de Jake à l'encontre des couronnes fraichement déposées sur sa tombe ébranlèrent un peu le vivant... tout comme le fait qu'il jette aussi violemment sa guitare qui, même si elle traversa la pierre tombale, fit un bruit indescriptible et peu agréable en touchant le sol, n'arrangea pas l'équation. Pas plus que les larmes du fantôme d'ailleurs, laissant entrevoir l'étendue de sa peine.

C'est à ce moment là que l'Irlandais s'approcha de la tombe, sans bruit. Il ne désirait pas perturber les douloureuses 'retrouvailles' mais il savait également que son ami n'allait pas bien. Et il ne serait pas dit qu'il se serait détourner. Le blond ne savait pas pour autant quoi faire : il aurait été vivant, il n'aurait pas eut besoin de mot, il aurait juste serrer dans ses bras le jeune homme, mais il n'était plus alors tout contact leurs était impossible... c'est dans ces moments là que Dray prenait la pleine conscience du fait qu'il n'appartenait plus au même monde...

"
C'était une belle cérémonie..."murmura-t-il finalement, un peu mal à l'aise de devoir dire une chose aussi banale.

"
Je ne savais pas trop si j'avais le droit de venir, mais je voulais être là... j'espère que ça ne te dérange pas."avait-il finalement ajouté en posant un genou à terre, voulant délibérément se mettre au même niveau que son ami, et d'esquisser un sourire affectueux.

Son regard s'était d'ailleurs fait plus doux et amical, comme toujours en présence du brun. Aucune pitié ne pouvait y être décelé non, juste un soutient, une présence et une amitié sans faille, s'il en avait besoin...


[Ça me fait bizarre de rejouer mon petit Dray depuis le temps... ^^'' J'espère que je suis pas trop rouillé]
Revenir en haut Aller en bas
http://cdpsf.free.fr/Yaoi/
Jake Sparrow
Fantôme

Fantôme
avatar

Messages : 17

Né(e) le : 01/05/1976
Age : 41

Où à Poudlard ? : Hum... Où je veux ! :p

Rang & Club : Esprit chiant... heu... errant !

Caractéristiques
Compétence: Niveau 7
Particularité: Ben... il est mort ! :p
Baguette: N’a puuuu ! Mais a sa guitare et c’est peut-être pire ! :p

MessageSujet: Re: Le cimetière de Highgate   Lun 26 Sep 2011 - 22:44

[Mais non, t'as encore la main, ça va ! XD]


Jake n'avait pas senti venir celui qui faisait partie de ses tortures, trop centré sur lui-même pour percevoir ce qui l'entourait. Peut-être que Dray aurait dû se détourner, justement. Il n'y avait rien de bon à fréquenter les morts, et encore moins à le fréquenter, lui. Un vivant, meilleur ami d'un esprit errant dépressif... Fallait quand même dire qu'il y avait un problème. Et si l'Irlandais n'en prenait réellement conscience qu'en ces instants où il s'imposait brutalement, Jake était tourmenté chaque jour. Tout cela finirait mal. Cela faisait belle lurette que l'optimisme de l'ancien musicien s'était éteint.

Enfin donc, il n'avait constaté qu'il était observé que quand Dray se manifesta verbalement. Ce qu'avait dit le secrétaire était certes une banalité mais malheureusement, elle suffit à retourner le couteau dans la plaie. Pourtant le fantôme tenta de reprendre contenance et sécher ses larmes d'une revers maladroit de la main. Il était peut-être mort et au fond du trou (au sens aussi littéral que figuré...) mais il n'en gardait pas moins un minimum de fierté. Et il ne tenait pas à montrer à son ami à quel point il était pitoyable, à ressasser ses mauvais choix. Et puis il fallait bien répondre quelque chose au vivant qui s'était agenouillé à ses côtés. C'était le minimum de la courtoisie et chialer comme une madeleine compliquait quelque peu la manœuvre.

"Maintenant que c'est fini, quelle importance ?" murmura-t-il après encore quelques secondes pour se reprendre mais d'une voix voilée et tremblante, sombre et las, sous-entendant que oui, ça le gênait, mais qu'il ne tenait pas à polémiquer sur la question. A vrai dire, Dray était libre de faire ce qu'il voulait et il n'était pas sûr d'être capable d'expliquer pourquoi ça le contrariait. Le blondinet était son présent et il s'était incrusté dans son passé. En quelque sorte, il avait mêlé deux périodes de son existence qu'il avait jusque là tenté de dissocier. Il avait été l'huile dans l'eau. Il avait franchi une frontière interdite. Mais il pensait bien faire sans doute. C'était bien son style. C'était une adorable attention, il ne pouvait pas le nier alors comment pouvait-il lui en vouloir ? Ne serait-ce que le lui reprocher ? Même si ça faisait mal. Même si ça ne faisait qu'illustrer un peu plus l'énorme dysfonctionnement de sa "vie".

"Promets-moi de ne jamais choisir de ne pas continuer Dray. Quelle que sera ta vie ou ta mort, jure-moi de ne jamais faire cette erreur."

Il n'avait pas pu retenir les sanglots de briser sa voix alors qu'il s'était finalement réellement assis sur l'herbe et avait rapproché ses genoux contre sa poitrine, s'enveloppant dans son grand manteau de cuir. Pas une fois, il n'avait encore regardé l'Irlandais se contentant de fixer sa tombe qui, définitivement, semblait l'hypnotiser.

S'il ne pouvait pas empêcher Dray d'entendre sa détresse, il pouvait au moins avoir l'impression de ne pas la lui faire voir. Comme ces enfants qui se croient cachés parce qu'ils ne voient rien. Croiser le regard du vivant aurait été un aveu bien trop grand de sa faiblesse. Et il était dans un tel état qu'il y avait des sentiments qu'il n'était pas sûr de pouvoir garder enfuis.

"J'étais tellement en colère que quand le choix s'est présenté à moi, je n'ai pas réfléchi une seconde aux conséquences. Tout ce que je voyais, c'était l'injustice de ma situation. Je voulais tellement me venger et continuer à exister. Mais c'est un marché de dupes. J'existe encore mais je n'ai plus rien de ma vie. On m'a tout pris. Tout ce pour quoi j'ai fait ce choix, je pensais le conserver. Mais je l'avais déjà perdu au moment même où je mourrais."

Jake se tut quelques instants, ravalant ces sanglots qui lui cassaient la voix sans qu'il ne puisse rien faire pour les retenir. Et puis, à nouveau, il parla, parce que même s'il ne battait plus, il en avait trop sur le cœur. Comme le ressac des vagues, les mots se déversèrent sur les pierres tombales, sinistres rochers.

"Tout ce qu'il me reste, c'est le temps qui passe et qui détruit tout. Voir les gens que j'aime vieillir et mourir, les uns après les autres, encore et encore. Une éternité de deuils. C'est pour ça que les morts fuient les vivants, qu'on refuse de s'attacher à vous. C'est une loi tacite. Nos mondes sont incompatibles. Chez nous, toute chose devient hideuse. Nous, les premiers. Mais toi et moi, on s'est liés. J'aurai dû te garder à distance. Mais j'étais si seul... Cette loi, je ne la comprenais pas. Je ne voyais pas où était le mal... Maintenant, je le sais..."

Enfin Jake finit par tourner son regard vers Dray. Jusqu'à maintenant, malgré son trépas, ses yeux avaient toujours réussi à conserver une chaleur, cette lueur qui caractérisait normalement ceux qui respiraient. Mais ce jour là, dans ce cimetière, ils étaient vides, éteints, ce qu'ils étaient dans leur sinistre vérité, morts. La tête posée sur ses genoux, il avait tendu la main vers son ami et laissé ses doigts faire mine de caresser sa joue, à quelques millimètres de sa peau d'albâtre, avant que ses yeux ne s'embrument à nouveau de larmes et qu'il ne refixe la pierre tombale.

"On devient fantôme par colère ou parce qu'on force le destin. Par amour ou désespoir parfois. Par repentance aussi. Mais le plus souvent, ce n'est que par lâcheté ! Dans tous les cas, nous sommes des aberrations. Alors promets-moi de ne jamais faire partie de ce monde-là. Les êtres comme toi n'y ont pas leur place."

Même si une partie de lui, la plus mauvaise et surtout la moins nette, celle qui, jour après jour, prenait l'ascendance sur Jake voyait là une solution simple à l'un de ses problèmes, le guitariste déchu était encore assez stable pour lui faire ravaler ses aspirations malades. Si la démence le gagnait, il y avait quand même, pour l'instant, des limites au tolérable. Et l'avenir de Dray était pour l'esprit errant ce qui était intouchable.

"Le plus ironique, c'est que je réclame justice alors que j'ai moi même mis fin à tout espoir de voir mes meurtrières répondre de leurs actes. Je vais aller leur rendre visite, tiens. Ça ne me soulagera pas mais ça me défoulera." finit-il par siffler entre ses dents en portant son regard sur le ciel, cette fois dangereux et un peu fou. Et puis il le laissa à nouveau glisser sur les pierres, face à eux et sa voix, ouvertement mauvaise à présent et où la fureur couvait, cracha :

"Dix ans... Ça fait dix longues années ! Et je suis toujours aussi en colère. Parce que c'est injuste ! Je n'avais rien fait qui mérite que je finisse ainsi... Heureusement qu'ils sont morts avant qu'ils ne voient ce que je suis devenu... Et heureusement que tu ne m'as pas connu avant... La déception est moindre."

Ce ne fut qu'un murmure qui conclut cette étrange confession alors que ses yeux s'étaient finalement posés une seconde sur les trois tombes voisines avant que le fantôme ne repose sa tête sur ses genoux et ne fixe le sol, les épaules à nouveaux secouées par des pleurs qui ne voulaient plus s'arrêter. On en intériorisait en une décennie de rancœur. Et ces dernières semaines n'avaient rien arrangé en fait...


L'unique droit qui reste à un homme n'est-il pas de crever comme il le veut ? Dans ce cas, nous en sommes tous spoliés...

-----------------------------------------

Je les entends rire comme je râle
Je les vois danser comme je succombe
Je ne pensais pas qu'on puisse autant s'amuser autour d'une tombe...

Francis Cabrel. Corrida
Revenir en haut Aller en bas
Dray Mallory
Sorcier(e)

Sorcier(e)
avatar

Messages : 44

Né(e) le : 19/03/1989
Age : 28

Où à Poudlard ? : Dans mon appartement à réviser ou au travail... probablement...

Rang & Club : Elève en cours du soir à l'académie de justice Magique et Secretaire pour un Cabinet d'Avocat de Glengariff

Caractéristiques
Compétence: Niveau 7
Particularité: A la recherche de son père
Baguette: Bois d’Ajonc, cheveu de vélane, 27 cm

MessageSujet: Re: Le cimetière de Highgate   Ven 30 Sep 2011 - 19:44

[Ben tant mieux parce que c'était pas gagné ^^'' ]

Dray avait toujours été maladroit, surtout quand il s'attachait à quelqu'un quel qu'il soit, et cet instant malheureusement n'avait pas dérogé à la règle à son plus grand désarroi. Parce que même si le fantôme n'avait rien dit, probablement trop gentil qu'il était, il y avait des réactions physiques qui ne trompaient pas, même quand on essayait de les contenir un minimum... Et il en était sur, sa remarque somme toute banale l'avait blessé même si ça n'avait aucunement été le but premier. En même temps, il aurait pu être plus délicat, il s'agissait quand même de son propre enterrement...

Le blond c'était donc, un instant, mordu l'intérieur de la joue, avouant par la son léger mal être. Mais il n'avait pas non plus envie d'en rajouter alors il avait continué, en s'accroupissant, espérant que sa présence n'avait pas été trop pénible pour lui. C'est vrai qu'après tout, il n'avait pas réfléchit à ce que le fantôme pourrait en penser, il n'avait pas pensé à mal en venant, pour un dernier hommage à ce corps qu'il n'avait pourtant jamais connu, mais maintenant en y réfléchissant un peu ce n'était peut-être pas la meilleure idée qu'il avait eut. Et la réponse de Jake, dans un murmure, lui cria presque qu'effectivement il avait commis une nouvelle bévue dans la manœuvre.

Un soupir avait passé les lèvres de l'Irlandais, à peine appuyé mais pourtant probablement audible dans le silence d'un cimetière vide. Il était peut-être libre de faire ce qu'il voulait, comme tout un chacun, mais l'avis de son ami était important et la dernière chose qu'il voulait, c'était le mettre mal à l'aise ou le contrarier sans le vouloir... et encore moins lui faire du mal... parce que ses sentiments comptaient pour lui et qu'il en serait toujours ainsi, quoi qu'il advienne. Il était comme ça, il l'avait toujours été et que Jake soit un fantôme ne changeait rien pour lui : il était son meilleurs ami, aussi absurde et malsain que ça pouvait sembler, il l'avait choisit lui...

"
Je suis désolé..." avait-il finit par répondre, sur un ton presque retenu, prouvant ainsi la sincérité de ses mots.

L’aveu de Jake, presque trop soudain, avait un peu déstabilisé le vivant. Il sentait sa détresse, l'entendait jusque dans sa voix, mais le repli très net, se 'camouflant' dans son long manteau l’empêchait de faire quoi que se soit en sa direction. Et puis, que pouvait-il répondre ? Il n'avait jamais vraiment songé à sa mort, ni à la possibilité de rester parmi les vivant une fois son trépas venu mais si jamais cela ce présentait demain ? Que choisirait-il réellement ? Dans le fond il ne savait pas vraiment. La mort ne lui faisait pas peur, elle ne l'avait jamais effrayer -et l’effrayait encore moins depuis leur rencontre- mais il y avait aussi des choses qu'il ne pourrait jamais laissé en plan, pas maintenant. Mais cela valait-il de sacrifier le repos éternel pour sa quête ?

Et puis, la voix du fantôme avait reprit une nouvelle fois, chargée de cette peine qui lui lacerait le cœur. Il se sentait tellement impuissant devant sa détresse, il ne savait pas quoi faire... Consoler un mort, c'était une situation inédite pour lui c'était certain... et puis, ce n'était pas comme s'il pouvait réellement le réconforter. Qui pouvait savoir ce qu'il endurait, à part un autre fantôme ? Ils étaient proche, tous les deux devant cette tombe, et pourtant il ne s'était jamais sentit aussi loin du musicien jusqu'à maintenant... Surtout quand il l'entendit parler ainsi de ce qui les liait d'ailleurs.

Cette loi tacite que le fantôme lui décrivait, lui, il ne la comprenait toujours pas. C'est vrai que lui vieillissait, il en avait conscience mais pourquoi ne pouvaient-ils pas être amis tout de même ? Il n'aurait jamais certaines choses qu'il pouvait trouver auprès des vivants c'était certain, il ne pourrait jamais le toucher ou partager un verre mais en dehors de ça il pouvait avoir exactement les mêmes rapports avec Jake qu'avec Kaïn ou même ses quelques amis de travail... Ils pouvaient faire des choses ensembles, ils pouvaient discuter alors qu'est-ce qui les empêchait d'être proche ? Il ne passait jamais de meilleurs moment qu'en sa présence, ce n'était pas suffisant ? Leur temps, pour le fantôme en tout cas, semblait leur être compté mais n'était-ce pas justement une raison de plus pour profiter des moments qu'ils avaient ?

Il allait d'ailleurs y répondre quand il capta le geste du brun. Il ne dit rien quand il vit la main du mort se rapprocher de lui, comme pour venir le toucher. Bien sur, il avait déjà 'traverser' des fantômes à Poudlard, il savait ce que ça faisait mais ça n'avait pas grande importance et n'était pas si désagréable que ça de toute façon -ou tout du moins s'en persuadait-il-. Pourtant le guitariste avait arrêté son geste à quelques millimètres de sa joue. Une très légère fraicheur, comme une douce brise d'été, le léger picotement le long de sa joue, il n'y avait pas de contact mais c'était presque comme s'il pouvait le sentir... c'était étrange à vrai dire... Jake ressentait-il quelque chose ou seule sa peau, sensible à toutes les variations comme celle de n'importe quel vivant, pouvait le percevoir ? Mais la sensation disparut aussi soudainement qu'elle était apparu quand le mort retira sa main pour fixer à nouveau la pierre tombale face à lui.

Mais il compris aussi qu'il valait mieux le laisser finir, vider son sac alors finalement, il n'avait pas dit un seul mot avant qu'enfin, finalement, l'anglais ne perce complètement l’abcès (ou tu du moins qu'il ne le comprenne ainsi) Bien sur, la façon dont il avait parler de ses tortionnaire et surtout l’expression qu'il avait eut à ce moment précis l'avait un peu surprise, il n'avait jamais ouvertement paru ainsi devant lui, mais dans le fond il le comprenait... tout comme il comprenait le reste... il y avait juste une chose qu'il ne pouvait accepter et c'était bien la conclusion qu'eut le fantôme. Et c'est peut-être ça qui lui avait, finalement, fait reprendre la parole...

"
Bien sur que c'est injuste et que tu es en colère... personne ne mérite de mourir aussi jeune, surtout comme ça. Je ne vois pas ce qui pourrait être décevant la dedans. Et si je ne regrette pas forcément de ne pas t'avoir connu plus tôt, c'est juste parce que j'aurais été trop jeune, alors, pour susciter le moindre intérêt chez toi. Tu ne m'aurais pas adressé la parole et ça aurait été normal... même si ça aurait été une grande perte pour moi alors." répondit-il finalement avant de passer une main dans ses cheveux d'un blond si particulier alors que son regard de glace fixait lui aussi les tombes.

"
C'est peut-être pour ça que je ne comprend pas... je ne vois pas pourquoi il n'aurait pas fallut qu'on se parle, qu'on devienne ami. Je sais que personne ne doit vraiment comprendre, probablement même que l'on me prend pour un fou mais je ne regrette pas que ce soit toi mon meilleur ami. C'est vrai aussi que je vieillis, que je mourais un jour aussi, mais justement... si notre temps nous est compté, autant en profiter a fond. C'est sans doute égoïste ce que je dis et ne m'en excuse mais je n'ai pas envie de passer à coté des bons moments par peur de souffrir. Un jour, quand viendra le temps pour moi de partir, je ne sais pas ce que je choisirais mais si je continue la route une chose est sure : même si tu seras triste au début, même si ce sera une épreuve, tu finiras par passer outre... parce que c'est dans l'ordre des choses... mais les souvenirs heureux des moments que nous auront passé ensemble, eux, ne disparaitront pas"

Oui, c'était probablement très égoïste mais lui y croyait... et certain autre fantôme aussi sinon aucun de ceux de Poudlard ne se mêlerait à eux. Ils fuiraient le monde au lieu d'errer en ses murs. Ils se montreraient distant en toutes circonstances, tous autant qu'ils étaient. Alors même si certain étaient trop aigris et fuyaient leur présence, il n'était pas obligé d'être ainsi...

"
Je ne te trouve pas hideux... je ne pense pas non plus que tu es une aberration... alors peut-être que tes motivations n'étaient pas les bonnes et que tu regrettes ton choix aujourd'hui, mais tu es là... même si ce n'est pas vraiment une vie, tu n'es pas obligé pour autant de renoncer à tout... non ?" un soupir ponctua finalement ses mots : il s'avançait probablement trop et il ne voulait pas que ses mots soient mal prit par son ami...

"
Enfin... qu'est-ce que j'en sais dans le fond... je ne suis qu'un vivant ignorant, je dois te paraître bien présomptueux de te faire la leçon... mais c'est parce que moi, tu ne me feras jamais regretter ce jour d'hivers ou je suis arrivé au château et ou, sur les marches, tu as été le premier à qui j'ai parlé..."
Revenir en haut Aller en bas
http://cdpsf.free.fr/Yaoi/
Jake Sparrow
Fantôme

Fantôme
avatar

Messages : 17

Né(e) le : 01/05/1976
Age : 41

Où à Poudlard ? : Hum... Où je veux ! :p

Rang & Club : Esprit chiant... heu... errant !

Caractéristiques
Compétence: Niveau 7
Particularité: Ben... il est mort ! :p
Baguette: N’a puuuu ! Mais a sa guitare et c’est peut-être pire ! :p

MessageSujet: Re: Le cimetière de Highgate   Lun 31 Oct 2011 - 1:18

Quand on y pensait, quoi qu'aurait pu dire Dray, aurait été une blessure pour le fantôme. Le vivant n'y était pour rien et n'avait rien à se reprocher. C'était Jake qui déconnait à plein régime. Il en était arrivé à un stade où il ne parvenait plus à rien supporter. Vivant, il aurait sans doute commis un geste irrémédiable. Mais il était déjà mort alors il ne lui restait aucune option pour soulager ce désarroi qui l'étouffait, à part ces larmes qui jusque là n'avaient eu droit de citer qu'à l'abri de ce vieux cachot au fin fond des geôles, oublié des habitants du château et qu'il s'était de ce fait approprié. Personne n'y allait jamais dans ce secteur à l'abandon. Pas même les autres fantômes dont c'était pourtant le territoire attitré. A part quand il avait dépassé les bornes. Ce qui arrivait de plus en plus.

Mais son enterrement officiel et tout ce qui avait entouré cet "événement" l'avait achevé, et la présence de son ami malheureusement n'était pas un réconfort, pour des raisons déjà évoquées. Mais ça, évidemment, le jeune bureaucrate ne pouvait décemment pas le savoir, ni même le deviner. Alors l'esprit prit sur lui et tenta de se calmer quand son ami s'agenouilla à ses cotés. Lui demander de partir ? Ce serait pire encore ! Parce que paradoxalement, il avait besoin de sa présence. Et puis, Dray tentait simplement d'être gentil et attentionné. Il ne pouvait pas faire ça ! Il s'en voudrait à mort après. Enfin façon de parler. Et Sparrow n'avait pas besoin de remords pour s'enfoncer davantage.

Alors il s'était contenté de cette remarque sibylline et le soupir qu'il reçut en réponse comme l'avait prédit son cadet ne lui échappa pas. Il était étrange d'observer à quel point tout pouvait être amplifié dans un cimetière. Les sons, les émotions... Si la tranquillité sociale des lieux favorisait cet état de fait, il y avait aussi quelque chose d'étrange qui semblait vouloir faire loi. Une sérénité presque mystique et obligatoire qui imposait naturellement le respect et l'introspection. La mort impressionnait, déroutait ou simplement désolait. Dans tous les cas, elle obtenait le silence et la réflexion.

Sur le coup, l'esprit errant ne sut pas trop comment réagir à ce soupir. Non pas qu'il en ignorait le sens, il connaissait trop bien son ami et sa fâcheuse manie à penser qu'il faisait toujours un faux pas. Ce qu'il ne parvenait pas à définir, c'était ce que lui ressentait face à ce témoin du mal être de Dray. Il était partagé entre une perfide satisfaction de le voir à son tour en position désagréable et les regrets pour lui faire de la peine. Mais très vite la honte et les remords, à penser à faire un tel choix eurent raison de ses mauvais sentiments et quand Dray s'excusa, il fit un signe évident de dénégation avant d'expliciter sa pensée dans un murmure fragile :

"Non, ne le sois pas... C'est moi. C'est moi qui devrais m'excuser. Tu ne pensais pas à mal et moi, je suis à jeter, je prends tout de travers ces temps-ci..."

Avait suivi la confession du fantôme, pathétique et sinistre et ce geste, témoin de tant de non-dits. Dray s'était laissé gentiment faire, en toute confiance. Le guitariste en fut touché et prit donc quelques secondes de plus à la manœuvre. Mais s'il avait connu les interrogations de son ami, il n'aurait pu répondre que par la négative. Non, Jake ne ressentait plus rien physiquement, ou presque... Ce n'était pas une sensation à proprement parlé, comme le chaud, le froid ou des picotements. Mais le contact avec un vivant n'était pas plus agréable pour un fantôme que l'inverse. L'ectoplasme dont ils étaient fait était perturbé par l'énergie vitale de ceux qui les touchaient. C'était une impression de décharge électrique ou une espèce d'engourdissement, cela dépendait de beaucoup de facteurs. A la rigueur on pouvait parler de fourmillements particulièrement désagréables qui les parcouraient de part en part. Et puis, en les traversant, les vivants déplaçaient leur matière fluide. Ce n'était pas à proprement dit douloureux, ils étaient morts. Ou alors c'était leur forme de douleur, allez savoir. En tout cas peu de fantômes appréciaient ce traitement et ceux pour qui c'était le cas étaient traités de cinglés par les autres... C'était assez significatif. Mais il y avait ceux aussi pour qui c'était hautement désagréable, comme lui, mais qui le faisaient pourtant volontairement, parce qu'on avait beau dire, c'était une arme redoutable contre ceux qui avaient encore la chance de respirer. Sans compter qu'il fallait bien en passer par là pour maîtriser le pouvoir de possession. Sans doute pour ça que très peu de fantômes l'avaient ce don là... L'entraînement n'était pas une partie de plaisir. Il fallait la tenir sa place dans un corps... Enfin là n'était pas la question, puisque Dray ne demanda rien à ce propos. Le geste de Jake avait donc été pour résumer plus symbolique qu'autre chose. C'était un geste qui lui était interdit de par sa condition mais qu'il rêvait de faire. Ça et tant d'autres choses... Toutes ces choses qui semblaient sans importance pour les vivants.

Et d'ailleurs Dray n'était pas différent des autres, sa réponse le prouva à l'esprit. Bien sûr qu'il ne comprenait pas. On ne se rendait compte de la valeur des petites choses que quand on les avait perdu...

"Vous ne comprenez jamais..." avait-il donc d'abord répondu dans un premier temps en séchant une nouvelle fois ses larmes et dans un murmure qui, malgré l'apparente dureté de ses mots, n'était que triste caresse. Ce n'était pas un reproche, juste une constatation. Présomptueux, Dray ne l'était pas. Il se comportait simplement comme n'importe quel vivant qui ne se rendait pas compte de la chance qu'il avait d'être dans ce monde de vie.

"Pour vous, cela vous semble dérisoire, cette frontière entre nous. Un peu gênante tout au plus. Intrigante. Ou effrayante parfois. Mais elle n'est en rien tragique. Cette loi n'est pas foncièrement à votre intention mais à la nôtre. Tu connais le supplice de Tantale ? Avoir ce qu'on souhaite à portée de main sans jamais pouvoir l'atteindre ? On ne devrait pas exister, mais on est là. D'où mon avis que nous sommes des aberrations. Nous vivons sans vivre, nous sommes morts sans l'être vraiment. Et personne ne peut expliquer le phénomène. On a choisi une demi-vie parce qu'on regrettait celle perdue. Mais une demi-vie n'est pas la vie. On finit par devenir fous, tu sais. C'est plus ou moins long, c'est souvent chronique. Un peu comme un mouvement de balancier. Ça va et ça vient. Mais on finit tous par y passer, à un moment où à un autre. Tous les dix ans, tous les cinquante ans, une fois par siècle, ça dépend de chacun. Mais on ne peut pas toujours avoir une santé mentale à toute épreuve en une éternité... On doit se protéger. Prenons l'exemple de ceux que tu connais." développa Jake toujours avec une tristesse et un désarroi immense dans la voix, sans savoir qu'il répondait aux pensées de son cadet.

"Les autres fantômes à Poudlard, ils sont aimables et serviables pour la plupart, mais cite m'en un qui a développé récemment une vraie relation avec un vivant, autre que cette courtoisie qui les caractérise ? Une amitié comme la nôtre."

La réponse était simple. Aucun. Aucun n'avait plus vraiment passé ce cap et était capable de dire, lui c'est mon meilleur ami à la vie à la mort (là encore sans vouloir faire de jeux de mots foireux...). Et ceux qui avaient essayé, il y a longtemps s'étaient brûlés les ailes. Comme lui...

"Au début, ils ont essayé... On la fait tous, cette erreur dans les premiers temps. Enfin, ceux qui ont un caractère qui va dans ce sens, bien sûr. Mais quand c'est la dixième personne que tu aimes que tu vois partir, et que tu sais que ce sera le cas aussi pour la onzième et la douzième et toutes les autres qui suivront, tu perds espoir et envie de lutter alors que tu connais déjà la fin de l'histoire : le chagrin. Tu ne parviens plus à passer outre, comme tu dis. On finit par prendre le chemin de la facilité. C'est facile pour ceux qui font le choix de continuer. Là où ils vont, ils n'ont pas à porter éternellement leurs regrets et leur peine. On ne peut pas juste vivre avec des souvenirs, aussi bons soient-ils... Ils ne remplacent pas l'absence de la personne aimée. Moi j'anticipe..."

Pendant quelques secondes, Sparrow se tut soudain et leva les yeux sur le ciel bleu de ce mois de juillet, rêveur avant de reprendre, le nez en l'air, une mélancolie sans borne dans les yeux, passant apparemment du coq à l'âne, sans qu'il ne puisse empêcher cette digression :

"Je vais te dire, tu ne peux pas savoir comme très vite, les petites choses qui font votre quotidien à vous les vivants peuvent nous manquer. Ça devient vite obsédant. Tu veux savoir ce qui me manque le plus à moi ? La sensation de chaleur, pouvoir te toucher et surtout dormir. Ne plus avoir la sensation d'exister et oublier pendant quelques heures... C'est con, hein ?"

Finalement, le regard dans le vague, il baissa à nouveau les yeux et secoua la tête en signe évident de désapprobation avant de reporter son attention sur le blond. S'il se mettait à divaguer, ils n'étaient pas rendus...

"Pour en revenir à ce qu'on disait, tu sais, ce n'est pas nous qui voulons renoncer à tout. C'est que si on ne le fait pas par nous-même, on ne nous laisse pas le choix, le temps nous l'arrache. Et c'est bien plus douloureux quand ce n'est pas de ta volonté. Je te perdrais et Merlin sait que j'aurai mal quand ce moment viendra. Et si on m'avait dit que je serais un jour incapable de jouer de la musique... Quand je pense que c'est pour elle aussi que je suis revenu... Si ce n'est pas une arnaque ça ! Dix ans de sursis pour une éternité d'amertume et de silence ou de fausses notes. Je leur en foutrais..."

Un soupir ponctua cette exclamation acerbe. Ça ne servait à rien de s'énerver, il était ridicule. A nouveau, Jake porta finalement son regard sur Dray, et lui avait offert un sourire, malgré tout. Désabusé, mais un sourire...

"Je suis heureux de savoir que je compte à ce point pour toi. Malgré tout ce que je peux ressentir et penser. Tu es la personne qui m'est le plus cher..."


L'unique droit qui reste à un homme n'est-il pas de crever comme il le veut ? Dans ce cas, nous en sommes tous spoliés...

-----------------------------------------

Je les entends rire comme je râle
Je les vois danser comme je succombe
Je ne pensais pas qu'on puisse autant s'amuser autour d'une tombe...

Francis Cabrel. Corrida
Revenir en haut Aller en bas
Dray Mallory
Sorcier(e)

Sorcier(e)
avatar

Messages : 44

Né(e) le : 19/03/1989
Age : 28

Où à Poudlard ? : Dans mon appartement à réviser ou au travail... probablement...

Rang & Club : Elève en cours du soir à l'académie de justice Magique et Secretaire pour un Cabinet d'Avocat de Glengariff

Caractéristiques
Compétence: Niveau 7
Particularité: A la recherche de son père
Baguette: Bois d’Ajonc, cheveu de vélane, 27 cm

MessageSujet: Re: Le cimetière de Highgate   Dim 18 Déc 2011 - 22:06

Même si dans le fond Dray n'y était pour rien, n'ayant pas conscience que son existence même en ce jour était dure à "vivre" pour son ami, il se sentait mal vis-à-vis de Jake. Il avait réellement commis une erreur en venant comme ça faire irruption dans ce moment qui devait être tellement difficile à gérer. Ça lui avait paru naturel à lui, il était son meilleur ami après tout, mais il était aussi vrai qu'il aurait du savoir que mélanger ses deux 'vies' le ferait souffrir. Et ce n'est pas parce que ça partait d'une bonne intention que ça allégeait le malaise de son point de vue. Quand il avait vu tout se déballage dans la presses ses dernier temps, il avait été affecté par tout ça dans un sens. Et à l'annonce des funérailles, il n'avait même pas réfléchit et prit sa décision sans rien dire à personne et surtout pas au premier intéressé. Il avait manqué de tact, il s'en rendait compte à présent.

Alors il n'avait pu que s'excuser, parce que tout ceci le touchait. Il avait du mal à se faire à la vision du fantôme aussi anéantit, il sentait son cœur se serrer dans sa poitrine et se sentait tellement impuissant. Alors que ça seule présence soit un poids en plus sur les épaules de celui qu'il voulait juste soutenir dans le fond, ça faisait mal... et qu'il n'avait de se fait pas pu s'en empêcher. Mais Jake écarta ses excuses d'un geste avant de reprendre doucement, s'excusant à son tour. En d'autre circonstance, l'Irlandais aurait probablement esquisser un de ses sourire rassurer mais aujourd'hui, se fut un léger air désolé qui s'inscrivit sur les trait fin du blond. S'il y en avait bien un qui n'avait pas besoin de s'excuser c'était bien le fantôme de son point de vus et qu'il se sente obliger de lui en faire ainsi ça ne l'allégeait pas trop dans le fond.

"
Je ne pensais pas à mal c'est vrai mais j'aurais dû penser un peu plus à toi..." répondit-il finalement le blond en baissant un peu les yeux.

"
Et puis... t'as bien le droit de prendre tout de travers en ce moment comme tu dis... On le ferait à moins..." ajouta-t-il simplement.

Jake n'avait rien fait de mal de son point de vue, c'était normal qu'il soit à fleur de peau comme ça. Après tout, assister à son propre enterrement, au près de ses proches qui ne savent même pas que vous n'avez pas entièrement disparu et après un déballage sur la place publique d'une chose qu'on tente d'oublier depuis si longtemps... il y avait de quoi être plus susceptible non ? Le bureaucrate ne lui jetterais pas la pierre à ce niveau.

Puis l'esprit c'était livré sur ce qui le rongeait. D’abord par ce geste que le blond imaginait tendre s'il avait pu être réellement aboutit. Et bien qu'il c'était laissé faire, il avait une totale confiance en Jake et ce n'était pas nouveau. L'irlandais aux yeux de glace était un peu difficile d'approche, paraissant froid et un peu hautain généralement quand on ne le connaissait pas, mais il était dans le fond un jeune homme adorable qui, si vous saviez saisir son amitié et devenir réellement proche, était capable de vous suivre les yeux fermé. Ce n'était pas pour rien qu'il avait tant souffert par le passer, bien avant leur rencontre... Et le fantôme était de loin le meilleur de ses amis alors pourquoi ne se serait-il pas laisser faire ? De toute façon, même si son contact était des plus désagréable il l'aurait laisser le toucher... il n'y pouvait rien après tout lui s'il était mort et que ce contact était tout sauf agréable alors si c'était ce qu'il voulait... Même s'il aurait probablement été ennuyer de savoir que se dit contact lui aurait été désagréable c'était certain. Il y avait tant de chose qu'il ne connaissait pas sur la condition de son ami quand il y pensait...

Et finalement, quand l’énoncé de cette loi était venu sur le tapis, Dray n'avait pu qu'avouer qu'il ne comprenait pas le problème. En même temps, quoi de plus normal ? Il était jeune et vivant, il n'avait pas encore perdu de proche même si la vieille dame qu'il considérait presque comme sa grand-mère était proche de la fin, il ne s'était jamais non plus vraiment poser la question de la vie et de la mort ni même de leurs avenirs dans un futur aussi lointain. Lui ce qu'il voyait c'était qu'il était son meilleur ami et qu'il ne souhaitait pas que sa change...

Mais quand Jake lui expliqua son point de vue à lui, ce qu'il ressentait face à cette amitié et surtout qu'il voyait la vie à si longue échelle, bien après sa mort, il compris ce qu'il essayait de lui dire. Dray voyait sa vie à l'échelle humaine, Jake lui l'imaginait à hauteur de l'éternité. Tout le gouffre qui les séparait se résumait finalement à ça. Et c'est vrai qu'en y pensant, sa vie devait lui paraître éphémère. Le temps, quand se dernier n'avait pas la moindre emprise sur vous, devenait secondaire. Cela faisait à présent un peu plus de 5 ans qu'ils se connaissait... dans un amitié on pouvait commencer à ce dire 'ça fait un bout de temps' surtout quand on a que 22ans, mais à son échelle à lui ça devait paraître bien différent... Et ça, c'était réellement quelque chose qu'il ne pouvait pas appréhender sans passer de l'autre coté.

Enfin, il comprenait oui ce qu'il essayait de lui dire et s'il s'était mis deux minutes à la place de son ami il n'aurait pas eut des mots aussi égoïste. Se mordillant la lèvre inférieure alors qu'il baissait nettement la tête cette fois, il resta silencieux sous les mots du fantôme. C'est vrai qu'il ne connaissait pas un seul autre fantôme attaché à un vivant, à part peut-être Djezaïra, cette étrange fantôme qui squattait leur salle commune et semblait amoureuse du professeur de potion, mais elle n'était pas morte depuis longtemps d’après ce qu'il avait compris. Et puis, même quand ils semblaient joyeux, comme le Moine Gras ou Nick, il y avait toujours quelque chose d'un peu triste chez eux, il l'avait bien remarqué même s'il n'avait jamais discuté avec eux de ses choses là. Cela voulait aussi dire que Jake serait probablement plus heureux s'ils arrêtaient de se fréquenter non ? Se détacher, doucement, pour qu'il puisse fermer son cœur aux vivants et moins souffrir non ?

"
Je ne veux pas..."

Un murmure... c'est tout ce qui avait franchi les lèvres de Dray quand cette pensée c'était perfidement frayer un chemin dans l'esprit du blond. Ça n'avait pas grand rapport avec les mots précédent de son ami, il le savait bien, mais il n'avait pas pu s'en empêcher. Il n'avait pas envie qu'il ne soit plus ami... avec le temps, il était devenu la personne la plus proche de lui. Il aimait sa mère & dame Camélia, il aimait aussi ses amis comme Kaïn, mais Jake lui il avait une place à part. Il n'y avait vraiment qu'avec lui qu'il était vraiment lui-même, uniquement en sa compagnie qu'il pouvait se laisser aller à parler de tout et de rien, du plus important au plus futile. Il était réellement la personne la plus proche de lui même s'il était mort et lui, il n'avait pas envie que ça change...

Mais finalement l'Esprit avait une dernière fois prit la parole et ses quelques mots, avec se sourire désabusé, lui firent prendre conscience qu'il n'était vraiment qu'un égoïste. Comme il l'avait dit, ça vie à lui était courte, même si ça lui semblait long à lui, ce n'était rien comparer à l'éternité qui attendait son ami. Et s'il était réellement cet ami qu'il pensait pour lui, il devait le faire passer en priorité, penser à son bien être à lui avant le sien même si c'était difficile ou douloureux. C'était ça le plus important...

"
Tu es aussi, avec ma mère, la personne qui compte le plus pour moi Jake..."répondit-il finalement en se forçant à accrocher son regard bleu nuit alors qu'un sourire, se voulant amical mais sembler plus triste et décidé qu'autre chose, c'était posé sur ses trait fins.

"
C'est pas facile a imaginer pour moi, et je crois que c'est normal vu qu'après tout je suis l'un de ses vivants, mais j'ai saisi. Ce n'est pas juste pour toi ce qui se passe et même si je n'arrive égoïstement pas à regretter ta décision, je l'avoue, je pense arriver à comprendre un peu."

L'Irlandais fit une nouvelle pose et détourna le regard de son ami pour les poser sur les tombes juste en face d'eux alors qu'un léger soupir passait ses lèvres. Décidément, ce jours bien funeste mettait en perspective bien des choses...

"
Je me rend compte que je n'aurais pas du venir, que ça ne pouvait que te faire du mal... je me rend compte aussi combien cette situation, entre nous, doit être dure pour toi... Et parce que tu es si important, je... je comprendrais si tu ne voulais plus qu'on soit ami. Je ne t'en voudrais pas si c'est ce que tu préfères... je te le jure. J'aimerais que rien ne change oui, mais loin de moi l'idée d'ajouter encore plus à ton fardeau alors..."

Ce n'était pas vraiment ce qu'il avait eu en tête en venant aujourd'hui mais il devait un peu arrêter de penser à lui et cesser de faire l'enfant. Il ne serait vraiment pas un bon ami s'il persistait à vouloir ignorer les difficultés de Jake et à ne pas l'aider à se protéger... même si c'était difficile pour lui et devait dire tirer un trait à regret sur la relation si particulière qui les liait...

Revenir en haut Aller en bas
http://cdpsf.free.fr/Yaoi/
Jake Sparrow
Fantôme

Fantôme
avatar

Messages : 17

Né(e) le : 01/05/1976
Age : 41

Où à Poudlard ? : Hum... Où je veux ! :p

Rang & Club : Esprit chiant... heu... errant !

Caractéristiques
Compétence: Niveau 7
Particularité: Ben... il est mort ! :p
Baguette: N’a puuuu ! Mais a sa guitare et c’est peut-être pire ! :p

MessageSujet: Re: Le cimetière de Highgate   Jeu 26 Jan 2012 - 12:35

Pour être tout à fait franc, Jake était incapable de définir ce qu'il ressentait vraiment. La présence de Dray quand on y pensait, ce n'était pas aussi dérangeant que cela. A présent que la conversation était engagée entre les deux amis, le fantôme ne pouvait pas nier que, dans le fond, le fait que le blond soit à ses côtés le soulageait un peu. Un effet à retardement en quelque sorte. Ce qui lui posait le plus de problèmes était en réalité pas que Dray soit là, ait fait le choix de venir, c'était que lui ne voulait pas que son ami assiste à cette totale déchéance que représentait à ses yeux toute cette histoire, qu'il le voit aussi bas. Mais le bureaucrate reprit la parole et le guitariste comprit que son ami s'en voulait encore, malgré sa première tentative pour lui faire oublier cette idée. Incorrigible... L'esprit se permit un temps de réflexion et tenta donc d'expliquer un peu mieux ce qu'il ressentait réellement face à sa venue. Pour lui montrer définitivement qu'il n'avait pas à se sentir coupable de quoi que ce soit.

"Mouais... La vérité, c'est que j'ai honte."

Voilà. C'était finalement aussi simple que ça. Il avait honte de tout ça. Honte de cette mort. Honte de ce tapage, honte de se voir affiché de cette façon, honte d'exprimer ainsi ses faiblesses.

"C'est pour ça que je ne voulais pas que tu sois là. Fierté mal placée. Tout ça... Le déballage public, cette cérémonie. J'ai du mal à le supporter. Perdre la face devant toi, c'est dur. Mais toi, justement, tu n'as fait que penser à moi dans l'équation. Tu voulais m'aider et me soutenir, je le sais bien. Tu n'as rien à te reprocher. Et finalement, tu as eu raison. Parce qu'aujourd'hui, toute ma vie d'avant est définitivement enterrée. Je ne suis plus disparu, je suis mort. Tu me diras, ça ne fait pas une grosse différence concrètement. Tu n'aurais pas tort. Mais... je me sens... vide. J'ai le sentiment de perdre pour toujours quelque chose de précieux. Comme si, dans le fond, je n'étais pas réellement mort, que tant que je n'étais pas officiellement retrouvé, il restait un espoir. C'est débile, je suis le mieux placé pour le savoir ! Enfin bref, finalement, c'est bien que tu sois là, même si, sur le coup, je n'ai pas vu les choses sous cet angle. Tourner la page seul, je n'en aurais pas été capable je crois. Je n'ai plus la force en ce moment... Je deviens dingue."

Ça aussi, c'était la pure vérité et sans exagérer, en plus. Il devenait de plus en plus siphonné. Petit à petit, sans grand bruit, mais c'était une chute irrépressible. Et le seul qui lui permettait de garder la tête hors de l'eau se trouvait à ses côtés, sans même deviner quelle influence il avait sur lui. Si Dray pouvait suivre Jake n'importe où, lui faisait une confiance aveugle, l'inverse était tout aussi vrai. Là était sans doute le drame dans le fond. Que l'une de ses douleurs les plus aigües soit en même temps sa seule boussole. Une boussole à laquelle on avait collé un 'aimant', sans vouloir faire dans la poésie de bas-étage. Il n'en ressortirait sans doute rien de bon de tout ça. Mais cela faisait partie des événements sur lesquels on n'avait aucun contrôle et aucun moyen de prédire le déroulement. Se passerait un jour, ce qui devrait se passer...

En attendant, Jake avait continué à exprimer une décennie de ressentiment. Ce qui faisait beaucoup de choses à dire. Il avait eu besoin de libérer sans détour sa douleur et son mal-être. Pour une fois. C'était le moment ou jamais, après tout. Le jour de son enterrement face à sa propre tombe et aux côtés d'une oreille attentive et de confiance, c'était une occasion tout indiquée. Mais il n'avait pas prévu que Dray prendrait les choses aussi à cœur. Il aurait dû y penser pourtant. Le blond était un garçon sensible, il ne pouvait pas rester indifférent à de telles paroles. L'esprit comprit son erreur quand il se fit interrompre par le murmure de son cadet. Sur le coup, il ne comprit pas de quoi il parlait, vu que lui était en train de divaguer sur le cas de ses concitoyens trépassés, considérant le cas de Dje comme les autres vu que sa "relation" avec le professeur de potions datait de son vivant. C'était encore un autre problème pour elle... Enfin, Jake laissa donc passer cette remarque. Mais le blond finit par éclairer sa lanterne, en exprimant un peu mieux le fond de sa pensée après que lui ait, le croyait-il du moins, conclu. Et ce qu'il lui annonça interloqua visiblement le fantôme, vu la manière dont il fixait le vivant. Comment avait-il pu penser qu'il lui demandait ça ?

Et finalement, un rire sans joie résonna dans le cimetière. Celui de Jake.

"T'es adorable."

Ce fut d'abord tout ce qu'il parvint à dire entre deux éclats de rire. Comment vouliez-vous qu'il ne l'aime pas, franchement ? Et comment avait-il pu croire que ses confidences seraient sans effet ? Ne blesserait pas son ami ? Il avait été un crétin à se laisser aller auprès de lui. Mais avant de retrouver le silence, il devait réparer ce qu'il avait engendré.

"Même si je le voulais, Dray, je ne le pourrais pas. Je suis lié trop fortement à toi pour être capable de me détacher volontairement. Et de toute façon, il n'en est pas question ! Tu veux ma mort ?"

Il l'était déjà ? Détail que ceci... Et puis un peu d'humour n'avait jamais tué personne.

"Comme le choix que j'ai fait de revenir, je ne peux pas revenir en arrière sur notre relation. Et je ne le veux pas en plus. Si je te perds toi, je perds tout. Je n'ai plus que toi, encore plus maintenant que ma mort n'est plus un secret. Et ce qu'il y a entre nous, quoiqu'il puisse m'en coûter un jour, je le défendrais bec et ongles. Je suis prêt à tout pour le préserver."

Une dernière fois, le fantôme regarda sombrement sa tombe et celles des siens et finalement, se releva pour, contournant soigneusement les stèles alors qu'il aurait pu passer bêtement à travers, ramasser sa Fender's, gisant derrière et la glisser sèchement sur son dos, sans le moindre signe d'affection pour l'instrument malmené, qui pourtant avait longtemps été ce qui était son plus grand trésor. Et il revint vers Dray par le même chemin avant de lui dire avec une tendresse sans équivoque :

"Excuse-moi pour tout ça. Tu n'es pas là pour subir les élucubrations d'un esprit pas net. Et puis tu as tes propres soucis alors tu ne vas pas te charger en plus des problèmes existentiels et insolubles d'un mort. Et ne me contredis pas, j'ai raison et c'est tout. Faut pas que tu t'inquiètes, ça va mieux maintenant. Ça m'a fait du bien de te parler. Tu vois, c'était une bonne initiative finalement. Si tu n'avais pas été là, je serais encore en train de chialer."

En apparence, cette conversation et surtout la proposition de sacrifice de Dray semblait avoir calmer Jake. Son regard était toujours aussi vide mais au moins, il semblait décidé à se bouger au lieu de pleurer sur son sort. Mais pour être honnête, il fallait qu'il quitte cet endroit. Tout de suite. Il était temps.

"Si on changeait d'air ? Pas que ça change grand chose pour mes poumons, je te l'accorde. Et je t'inviterais bien à boire un verre mais je n'ai plus une tune. Alors je te laisserai amicalement payer l'addition pendant que tu me raconteras les dernières nouvelles de ta vie. C'est ton tour maintenant que je t'ai donné celles de ma mort. Tu as eu Kaïn récemment ?"

Ou en d'autres termes, tu en es où de tes recherches ? Parce que Jake savait que c'était particulièrement important pour son compagnon et il mettait un point d'honneur à vouloir l'accompagner dans sa quête. Et il devait changer de sujet. Parler de lui, c'était quand même particulièrement morbide. Et ça n'avançait à rien à part saper le moral des troupes.


L'unique droit qui reste à un homme n'est-il pas de crever comme il le veut ? Dans ce cas, nous en sommes tous spoliés...

-----------------------------------------

Je les entends rire comme je râle
Je les vois danser comme je succombe
Je ne pensais pas qu'on puisse autant s'amuser autour d'une tombe...

Francis Cabrel. Corrida
Revenir en haut Aller en bas
Dray Mallory
Sorcier(e)

Sorcier(e)
avatar

Messages : 44

Né(e) le : 19/03/1989
Age : 28

Où à Poudlard ? : Dans mon appartement à réviser ou au travail... probablement...

Rang & Club : Elève en cours du soir à l'académie de justice Magique et Secretaire pour un Cabinet d'Avocat de Glengariff

Caractéristiques
Compétence: Niveau 7
Particularité: A la recherche de son père
Baguette: Bois d’Ajonc, cheveu de vélane, 27 cm

MessageSujet: Re: Le cimetière de Highgate   Jeu 15 Mar 2012 - 13:36

[Oups je suis à la bourre moi... ^^'' ]

Quand Jake avait repris la parole pour préciser exactement ce que voir le blond dans son décors lui faisait ressentir, sur le coup se dernier sembla un peu perplexe. Relevant son regard si clair vers le fantôme, il était évident dans l'esprit de se dernier que là, ça dépassait clairement ce qu'il avait cru comprendre ou pu imaginer... Honte ? Il n'y avait rien de honteux dans cette situation : elle était triste, pesante, difficilement gérable aussi mais honteuse, en aucun cas... Ou alors quelque chose lui échappait et se sentiment lui était désagréable, surtout aujourd'hui...

"
Mais... honte de quoi ?"demanda-t-il finalement, sur un ton un peu timide ne sachant pas vraiment si c'était une bonne idée de demander ouvertement... il ne voulait pas le blesser après tout, se point précis n'ayant pas changé.

Mais l'explication vint d'elle même et Dray ne pu s’empêcher de méditer sur les mots de son meilleur ami. Oui, ça devait être compliquer à gérer, c'était un fait. Même si ce déballage lui avait permis, à lui, de pouvoir être au courant de ce qu'il se passait dans la vie de son ami et lui permettre, ainsi, de pouvoir se rendre aux funérailles, pour lui c'était quand même sa vie qu'on étalait sur la place publique. Tous les faits sordides d'une histoire qu'on ne souhaitait qu'oublier, jeter en pâture à la curiosité des sorciers. Et le fait qu'il soit à Poudlard n'avait probablement pas amoindrit l'effet. Même la-bas, certain recevait la gazette -même si c'était une minorité d'élèves, surtout depuis l'apparition du Patronus- et connaissant la nocivité des rumeurs, celle sur le musicien n'avait pas du tarder à se répandre comme une traîné de poudre. Enfin, au moins tous ses gênants marmots étaient rentré chez eux et d'ici Septembre, ils auraient tous oubliés cette histoire.

Et puis, l'enterrement en lui-même devait être une autre épreuve pour l'esprit c'était certain. Lui-même, il n'était pas sur qu'il aurait eut la force et le courage de venir assister à sa propre mise en bière. Et de ce fait, il était très loin de perdre la face devant lui à ses yeux, bien au contraire. Mais même si ce que tentait de lui expliquer l'esprit était un peu obscur à ses yeux, et pour cause puisqu'il était vivant, il pensait pouvoir comprendre un peu. Quelque par on avait arracher dans le cœur des gens qui l'aimait, dans sa vie, l'espoir qu'il était toujours là quelque part à continuer sa route, loin d'eaux pour une raison inconnu mais bien réelle. Maintenant, il ne serait plus qu'un souvenir, il n'aurait plus cette possible vie d’aventurier à l'autre bout du monde, même si elle n'était que fictive. Ça ne changeait rien, concrètement, dans les faits mais ça devait avoir son importance quand c'était la seule vie qui vous restait... puisque là, quoi qu'on en pense et même s'il restait parmi eux, il ne vivait plus vraiment...

Quand à la dernière partie de son aveux, la dernière phrase surtout, Dray ne sut pas trop comment y répondre. Un léger soupir avait donc répondu à ses mots et un silence un peu pesant avait prit place entre les deux amis quelques secondes. Comment faire pour qu'un mort se sente mieux ? Comment le soutenir vraiment ? L'irlandais ne savait pas comment faire. Il voulait être là pour lui, n'était présent que dans se but, mais il voyait la limite de son pouvoir et ce constant était un peu douloureux il devait l'avouer. Il baissa une seconde les yeux vers ses main, posée sur ses genoux et les contempla l'air un peu étrange. Il finit par serrer les poings, sans trop s'en rendre compte, alors que sa voix se faisait à nouveau entendre dans le silence du cimetière...

"
Je suis soulagé si finalement tu apprécies que je sois venu... et en même temps je me sent... inutile. La seule pensée qui me vient c'est que j'ai envie de te serrer dans mes bras. C'est stupide, je le sais, mais je regrette vraiment de ne pas pouvoir te toucher là..."murmura-t-il finalement, même si ce n'était probablement pas ce que le fantôme avait besoin d'entendre.

"
Mais je peux écouter si tu as besoin, ça j'en suis capable, alors si ça ne va pas, viens me voir... ma porte sera toujours ouverte, j'espère que tu le sais..."

Et Jake c'était finalement laisser aller plus tôt que prévu, puisque dans cet endroit fuit de la plupart des vivants et devant sa propre tombe, il c'était laisser aller à parler ouvertement de sa condition de mort et du fait qu'il avait commis une erreur de se lier aussi profondément avec un vivant. Et même si Dray lui avait dit qu'il pouvait librement se confier à lui s'il en ressentait le besoin, il devait avouer que ses mots n'était pas les plus agréable à entendre. Mais il fallait qu'il soit un égoïste finit pour ne pas se rendre compte qu'il était de se fait un poids de plus dans la vie de cette autre et que sa seule présence ajoutait à sa peine. Le bureaucrate ne pouvait donc dignement pas rester insensible à ce simple fait et avait alors décider de se mettre en retrait. Même si c'était difficile et douloureux, c'était Jake qui comptait alors s'il préférait se préserver et mettre un terme à leur relation, il était d'accord. Il ne lui en voudrait jamais de ne plus avoir envie de souffrir...

Mais à peine avait-il exprimé sa pensée, les yeux acier plongé dans ceux de son vis-a-vis, que le rire de Jake raisonna sur les pierres glacées. Un rire sans joie que le jeune homme ne sut réellement interpréter. Pourtant, les premiers mots du fantôme furent un compliment qui surprit un peu l'ex-Serpentard, ce qui était des plus visible sur son visage des plus expressifs. Et il avait prit le temps d'éclairer sa lanterne par ses quelques mots supplémentaires, lui affirmant que ce n'était pas ce qu'il avait voulu dire, voir même qu'il en était carrément hors de question. L’aveu, on s'en doute, le soulagea même si le trait d'humour de Jake ne trouva qu'un pale sourire en retour. Il fallait le temps que ça passe.

Il c'était finalement relever à son tour alors que le fantôme retournait chercher l'instrument malmener plus tôt avant de revenir vers lui. La tendresse qu'il mit dans ses mots, en reprenant la parole, tira cette fois un réel sourire au jeune adulte, plus que les mots qu'il lui disait en eux-même. Il tenait à lui, il ne voulait pas le laisser, c'était tout ce que cette approche douce lui laissait entendre et c'était aussi tout ce dont il avait besoin pour s'apaiser réellement. Lui non plus ne voulait pas le quitter, même si leur situation était absurde et limite contre nature. Il s'en moquait qu'on ne comprenne pas, il ne voulait pas d'un autre meilleur ami que lui...

"
Ne t'excuse pas, je comprends... et puis, c'est mon rôle de t'écouter quand ça va pas non ? L'amitié, ça ne va pas que dans un sens... j'aurais pas du réagir comme ça... Mais je suis content d'avoir pu aider un peu quand même..."avait-il finalement répondu le plus naturellement du monde.

A la proposition de l’aîné, Dray accepta d'un signe de tête. Changer d'air, il ne avait besoin aussi. Non pas parce qu'il n'aimait pas les cimetières, c'était des endroit comme les autres en plus calme, mais juste parce qu'il savait qu'il serait mieux pour son ami qu'il s'éloigne de sa propre tombe. Et puis, il y avait des endroits plus agréable pour discuter en plus... Parler d'autre chose ne pourrait que lui faire du bien quand on y songe...

"
Si je paie alors, je ne peux pas refuser... Et si en plus je peux parler de moi !"ajouta-t-il plaisantin, alors qu'il prenaient ensemble la direction de la sortie du cimetière...

Ils n'y avaient passer que trop de temps au goût du secrétaire de tout façon et il connaissait un endroit ou ils pourraient discuter plus à leur aise...


[Voilà fini pour moi ! Désolé encore d'avoir mis si longtemps... *a été content de refaire un picpic avec son p'tit fantôme préféré*]
Revenir en haut Aller en bas
http://cdpsf.free.fr/Yaoi/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cimetière de Highgate   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cimetière de Highgate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le cimetière de Highgate
» Cimetière de Konoha
» [Cimetière] Funéraille d'aurore
» Cimetière
» Le gardien du cimetière appelle la police

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Collège Poudlard :: Le Reste du Monde :: Londres-
Sauter vers: